Olivier, Louis-Rodolphe (?-?)

D'Yverdon. Capitaine au service de Saxe dès le 23 janvier 1752. Passé au service de France dans le régiment d'Eptingue comme capitaine-lieutenant le 1er mars 1758 ; capitaine par commission le 2 juillet de la même année. Il passa dans le régiment d'Erlach, en octobre 1763, lors de la nouvelle formation du régiment d'Eptingue.

De Marseille le 19 août 1791, Victor d'Erlach, dans une lettre à son frère à Paris, jette une lumière crue sur le lieutenant-colonel Louis Rodolphe Olivier (parfois appelé d'Olivier), traité de « pauvre hère », fréquemment « saoul comme un dogue » : « Le lieutenant-colonel vit publiquement et dans la même maison avec une mauvaise coquine de Corse, de laquelle il a quelques bâtards. Tous les après-dîners quasi, il se trouve saoul comme une taupe, alors il crie avec la gueuse, jure pis qu'un charretier, et cet aimable couple finit par se rosser, après s'être dit leurs vérités et avoir scandalisé officiers et soldats et tout ce qui environne son logement ».

Emma Chatelain, 28/09/2005
Dernière modification: 17/03/2011

Fonds d'archives

Archives Nationales, Paris, T 1555. Cité par Alain-Jacques Czouz-Tornare : Les troupes suisses capitulées et les relations franco-helvétiques à la fin du XVIIIe siècle, 2 vol. (Thèse de doctorat en histoire soutenue en Sorbonne le 22 juin 1996, sous la direction du professeur Jean Tulard). Une partie de l'ouvrage a paru en 1998 sous le titre Vaudois et Confédérés au service de France 1789-1798, Editions Cabédita.

Bibliographie

Casimir Folletête, Le régiment de l'évêché de Bâle au service de France, 1758-1792, Lausanne (2e éd.), 1939, p.136