Thorens, James (1909-1978)

Originaire de Concise (VD) et Saint-Blaise (NE). Né Jämes-Louis-François à Neuchâtel le 19 novembre 1909. Décédé à Neuchâtel le 22 octobre 1978. Fils de l'avocat Louis Thorens (1880-1935), frère de Jean-Jacques (1910), Blaise (1914) et Michel (1920). Epouse Ida Droz.
Etudes en droit à l'Université de Neuchâtel. Fondé de pouvoir dans la société Courvoisier & Cie SA, aciers en gros, à Bienne (1942-1957), puis fondé de pouvoir dans la Fabrique des ressorts Energie, Brachotte & Fils (puis fabrique de ressorts Energie Brachotte SA), à Saint-Imier, de 1957 à 1974. Retiré à Neuchâtel en 1974.
Membre de la Société de Belles-Lettres de Neuchâtel (1930-1935). Membre fondateur et premier présiden de la Société de sauvetage du Bas-Lac (St-Blaise, dès 1934). Membre du comité de la section neuchâteloise du TCS (1935-1937). Conseiller de ville (1947-1957) et secrétaire des écoles (primaires) françaises à Bienne. Président de la Société neuchâteloise de Bienne (1948-1951), puis membre d'honneur. T. est par ailleurs très investi dans la vie culturelle francophone biennoise, notamment au sein du Cartel des troupes de théâtre amateur ou en tant que président de l'Union instrumentale de Bienne.
Lieutenant d'infanterie (1932). Membre fondateur et premier président (1940-1942) de l'amicale de la Compagnie de surveillance neuchâteloise 1 (Cp. surv. 1 NE).
Officier dans l'ordre des Palmes académiques (1952).

Pierre-Yves Donzé et Philippe Hebeisen, 7/10/2005
Dernière modification: 20/05/2020

Bibliographie

Belles-Lettres de Neuchâtel, Livre d'or, 1832-1960, [Neuchâtel] : société des anciens-bellettriens neuchâteloios, 1962, p. 286, n° 1340
Société de Belles-Lettres de Neuchâtel, Livre d'or 1832-1960 : supplément 1984, [Neuchâtel] : société des anciens-bellettriens neuchâteloios, 1984, p. 35
Feuille d'avis de Neuchâtel (FAN), 12 septembre et 21 décembre 1934 ; 15 avril 1935 ; 17 décembre 1936 ; 3 mai 1937 ; 4 octobre 1940 ; 7 février 1942 ; 3 février 1951 ; 24 novembre 1952 ; 26 mars 1955 ; 24 février 1965
FAN/L'Express, 26 octobre 1978