Taillard, Casimir (1841-1907)

Supérieure de l'établissement de Porrentruy des soeurs de la Charité de Besançon (1898-1906).
Née à Goumois (Doubs, F), baptisée Rosine-Elisa, décédée à Oyonnax (Ain, F). Régente à Charmoille en 1862, supérieure à Porrentruy.
L'établissement de Porrentruy (1841-1959, diocèse de Bâle, congrégation puis - dès 1954 - province de Besançon) est fondé en 1841. Cette année-là, l'administration de l'Hospice (dit du Château), par MM. Béchaux et Eichelbrenner, demande trois soeurs pour le service des pauvres et des orphelins de la ville, du district et de tout le Jura catholique. En 1849, le décret d'expulsion vise les congrégations étrangères. Les pensionnaires se réfugient alors chez la baronne d'Ichtersheim née de Billieux. En 1864, Clarisse Béchaux, belle-soeur de l'ancien préfet Choffat, fonde un ouvroir qu'elle confie aux soeurs de la Charité de Besançon. Il est fréquenté par des filles de la ville et de tout le district. Une soeur est infirmière-visiteuse. De 1907 à 1915, d'autres assurent divers services intérieurs auprès de l'Institut catholique de jeunes gens. En 1913, pour parer aux difficultés nées des lois de laïcisation françaises, une "Société civile de l'ouvroir" est fondée. Elle acquiert un autre immeuble vu le développement des activités: cuisine populaire durant la guerre, cours de cuisine (repris en 1922 par les soeurs de Niederbronn).
En 1957, les soeurs de la Charité s'occupent du home de la protection de la jeune fille: bureau de placement, home d'accueil, restaurant. Elles organisent des cours ménagers et se chargent du Cercle des jeunes filles alémaniques. L'ouvroir continue pour les pauvres et pour la confection des ornements d'église. La raréfaction des vocations entraîne le retrait des soeurs en 1959.

Philippe Hebeisen, 12/11/2004
Dernière modification: 2/08/2007

Bibliographie

Marie-Anne Heimo, "Soeurs de la Charité sous la protection de St-Vincent de Paul (Ste-Jeanne-Antide Thouret)", in Helvetia Sacra, VIII/2, 1998, pp. 484-485