Deutsch

Steiner, Fridolin (1825-1881)

Originaire de Liesberg (Laufon). Né le 13 décembre 1825 à Liesberg. Décédé le 26 mars 1881 à Nenzlingen. Fils de Joseph Steiner et de Magdalena Meyer. Catholique. Prêtre.'
Gymnase au collègre des jésuites à Schwyz (1841-1847) et au séminaire de l’archidiocèse de Besançon à Vesoul (semestre d’hiver 1847-1848). Etudes de théologie à l’Université de Fribourg-en-Brisgau (1848-1852) et à Munich (séjour court). Ordonné prêtre par l’évêque Josef Anton Salzmannle 28 décembre 1851 à Soleure.' Première messe célébrée le 6 janvier 1852 à Liesberg.
Vicaire de Münliswil-Ramiswil (SO, 1852-1854), curé de Dittingen (Laufon, 1854) – il fait restaurer la chapelle de la Mère-Dieu et agrandir la nef – puis de Nenzlingen (Laufon, 1868).
Dans le contexte du Kulturkampf, S. est révoqué le 15 septembre 1873 pour avoir signé la protestation du clergé jurassien contre la destitution de Mgr Lachat (1819-1886), il est frappé du décret d’exil du 30 janvier 1874 et doit quitter le territoire du canton de Berne. Sa paroisse de Nenzlingen est alors réunie à celle de Grellingen et desservie par un curé de l’Église vieille-catholique (regroupement alors récemment fondé par des catholiques refusant notamment le dogme de l’infaillibilité pontificale). S. séjourne alors pendant deux ans à Beinwil (SO), dans un domaine l'abbaye de Mariastein. Il était demeuré secrètement en contact avec sa paroisse et fut accusé plusieurs fois pour avoir exercé illégalement ses fonctions spirituelles, comme par exemple lors d’enterrements. En 1875, après la levée du décret d’exil, il peut à nouveau retourner à Nenzlingen. Mais le poste de curé n’y existait plus, son village faisant toujours partie de la paroisse veille-catholique de Grellingen. S. s’est alors autoproclamé « ancien curé » ou « prêtre » de Nenzlingen. Ce n’est qu’en 1878 qu’il put à nouveau réinvestir sa cure et son église. En 1880, il postule en vain à la place devenue vacante de curé – à nouveau catholique-romain – de Grellingen. Unde demande de sa commune de Liesberg, qui désirait l’employer comme curé, fut également rejetée pour des motifs inconnus. S. décède en 1881 dans la cure de Nenzlingen.

Emma Chatelain et Kiki Lutz, 29/11/2005
Dernière modification: 28/11/2012

Bibliographie

Eugène Folletête, « Rauracia Sacra. Première partie », in Actes SJE, 36, 1931, pp. 204-205
Paul Schmidlin (éd.), Fridolin Steiner, 1825-1881, Pfarrer aus Liesberg : ein Priesterschicksal im 19. Jahrhundert im Spiegel aller noch auffindbaren Akten, Röschenz, 2002