Voisard, Pierre Joseph (1754-1803)

Né à Porrentruy le 16 juillet 1754 (baptisé par la sage-femme à la maison, rebaptisé sous condition à l'église le même jour). Décédé à Porrentruy le 16 mai 1803. Fils de Pierre Antoine, secrétaire-substitut de la curie épiscopale bâloise, et d'Anne Marie Gouvier.
Originaire du diocèse de Besançon, il est incorporé dans le diocèse de Bâle le 30 septembre 1775 (excorporé du diocèse de Besançon le 22 septembre). Etudiant au séminaire de Porrentruy en 1776 (7 mois), il reçoit la tonsure et les ordres mineurs le 31 mai 1776 ; il est ordonné sous-diacre le 21 décembre 1776, diacre le 24 mai 1777, prêtre le 20 décembre 1777 (à Porrentruy, dans l'église du collège ; dispense d'âge). Notaire apostolique depuis le 10 juillet 1777, il est nommé secrétaire et scelleur de la curie épiscopale le 7 octobre 1778. Il est en outre nommé conseiller ecclésiastique le 17 novembre 1780, conseiller ecclésiastique et examinateur diocésain le 24 mars 1781. Il est nommé « promoteur fiscal » de la curie épiscopale le 3 septembre 1787. Il était aussi titulaire de quelques bénéfices : chapelain de la Sainte-Croix à Chevenez depuis le 6 mai 1780, chapelain des Trois-Rois dans l'église de Porrentruy dès le 7 octobre 1785 (jusqu'en février 1788), chapelain de Notre-Dame du Rosaire dans l'église de Porrentruy dès le 6 février 1788.
En 1791, lors de l'occupation autrichienne, il quitte Porrentruy avec François Pierre Joseph Priqueler et son cousin Rengguer et se fixe à Delle où il devient un des chefs du Club des Jacobins. Il rejoint ensuite Jean Baptiste Joseph Gobel, évêque constitutionnel de Paris dès 1791, et y devient son vicaire épiscopal. Après le 27 juillet 1794 et la chute de Robespierre, il devient suspect et se rend à  Belfort, puis à Porrentruy. Il est refusé comme professeur à l'Ecole centrale. Il se fixe à Besançon, puis revient à Porrentruy. Après le 4 septembre 1797, il est secrétaire du département du Mont-Terrible jusqu'à sa disparition. Il fréquente les libres penseurs et les protestants et est affilié à la franc-maçonnerie. Après 1800, il est associé avec un de ses frères pour la ferme des Barrières de Porrentruy et de Montbéliard et pour les travaux publics.
Il signe son adhésion au concordat le 16 septembre 1802. En janvier 1803, il est cité comme résidant à Porrentruy, « non exerçant ».

Jean-Pierre Renard et Emma Chatelain, 29/11/2005
Dernière modification: 1/06/2010

Bibliographie

Eugène Folletête, « Rauracia Sacra. Première partie », in Actes SJE, 36, 1931, p. 211

Jean-Pierre Renard, Le clergé paroissial dans les arrondissements de Delémont et de Porrentruy avant et après la réorganisation de 1802-1804, Saignelégier, 2009, p. 551