Lièvre-Theurillat, Pâquerette (1922-2005)

Née le 14.04.1922 à Montenol, Décédée à Porrentruy le 14.11.2005. Fille d’Albert Theurillat (1881-1939) et de Léa Maître (1882-1954). D’une fratrie de treize enfants. Mariée le 25.05.1945 à André Lièvre (1918-1992), de Courtemaîche. Deux filles.
À quatorze ans, ouvrière décoratrice dans une émaillerie-casserolerie à Fesches-le-Châtel (près de Montbéliard, F), puis tailleuse de pierres fines d’horlogerie à Courtemaîche. Tenancière avec son mari du Restaurant de la Cigogne (1959-1962) puis de l'Hôtel du Jura (1962-1975) à Porrentruy.
Elle se fait largement connaître dans le Jura et au-delà pour sa pratique de la guérison par la prière (un autre aspect du "secret" jurassien). Pendant une quarantaine d’années et jusqu’à son décès, elle soigne ainsi plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Pierre-Yves Donzé, 9/12/2005
Dernière modification: 3/06/2020

Bibliographie

Le Quotidien jurassien, 16 novembre 2005
Informations transmises par David Barré (2005).
Renseignements obtenus par Paul Boillat de Mme Pâquerette Barré-Lièvre, l’une des filles de L. (2020)
Texte actualisé par Paul Boillat et réd. DIJU (21.05.2020)