Houriet, René-Albert (1920-1979)

Originaire de Tramelan et Mont-Tramelan. Né le 13 juin 1920 à Bex. Décédé le 1er décembre 1979 à Lausanne. Protestant. Fils de Georges, fondé de pouvoir de banque, et d'Evelyne Vallecard, fille du syndic de Bex. Epouse Françoise Chollet, fille d'un adversaire politique. Père de Guillaume-Albert Houriet, député au Grand Conseil bernois et président du Groupe Sanglier. Membre fondateur de l'Association des Jurassiens bernois de l'extérieur (AJBE), il collabore à Notre Jura bernois, imprimé à Bex.
Collège de Saint-Maurice, études de droit à Lausanne, licence en théologie à Neuchâtel (1955). Pasteur au Havre (F, 1955-1956). H. part à vélo pour s'engager chez les Républicains espagnols, mais, trop jeune, il est refoulé à la frontière. Il adhère en 1940 à la Fédération socialiste suisse et milite dans la clandestinité. Fondateur du parti ouvrier populaire (POP) de Bex en 1944. Rédacteur à la Voix ouvrière. Député popiste au Grand Conseil vaudois (1945-1949). Président du POP valaisan. Conseiller national (1950-1951). Fondateur de l'éphémère Parti progressiste (dissidence du POP) en 1952. H. quitte la vie politique en 1956 pour devenir directeur des écoles de Bex, fonction qu'il occupe jusqu'à sa mort.
Décoré de l'Ordre du travail par Tito, il doit rendre cette décoration, incompatible avec ses fonctions. Polémiste redoutable, auteur d'ouvrages historiques.

Emma Chatelain, 30/11/2006
Dernière modification: 29/04/2008

Bibliographie

Marion, Gilbert, « René-Albert Houriet », in Dictionnaire Historique de la Suisse [publication électronique DHS], version du 1.1.1988.
Emma Chatelain, Le mouvement antiséparatiste jurassien (1952-1975) : associations, soutien et idéologie, mémoire de licence, Université de Fribourg, 2006, p. 178.