Parrat, Henri (1909-1980)

Né à Delémont en 1909. Décédé en 1980. Epouse Marcelle Dubs. Deux enfants.
Homme politique socialiste, maire de Delémont, préfet du district de Delémont.
Ecole normale à Porrentruy, licence en sciences économiques et commerciales de l'Université de Neuchâtel. Il entre à l'administration fédérale à Berne, puis à l'Autorité de taxation à Delémont (1937-1960).
Il entre au parti socialiste après la guerre. Il est élu tacitement au conseil communal de Delémont en 1946, suite à la démission du seul représentant socialiste, Arthur Terrier. En 1947, il est candidat malheureux à la mairie, mais est brillamment réélu au conseil communal. Il siège alors avec un second socialiste, Gilbert Feune. Il est élu à la mairie en 1953, le conseil passe alors en majorité socialiste. Sous son mandat, l'administration communale est réorganisée et les structures scolaires modifiées.
Il est élu à la préfecture du district de Delémont en 1960, il succède au radical Ernest Faivet qui prend sa retraite. Il est réélu tacitement jusqu'en 1975. C'est Jacques Stadelmann qui lui succède.
Il préside la section locale du parti socialiste de 1947 à 1950 et de 1968 à 1970, lorsque les dirigeants et responsables de l'époque entrent en dissidence.
Dans la Question jurassienne, il s'est engagé dans le Mouvement pour l'Unité du Jura (Troisième force), mais au moment du choix décisif du 23 juin 1974, il recommande de voter oui, entraînant avec lui des centaines de Jurassiens indécis et hésitants. Il sortit de sa réserve en 1963, lorsqu'il demanda à ses collègues préfets du Jura de signer une « Lettre des préfets » qui fit grand bruit et qui signalait au canton de Berne que « la recherche d'une autonomie partielle des sept districts jurassiens dans le cadre du canton de Berne serait souhaitable ».

Alain Cortat, 10/07/2005
Dernière modification: 16/12/2010

Bibliographie

Pierre Gassmann, « Henri Parrat : politique et philosophe », in Socialisme Jurassien, d'Adhémar Schwitzgebel à Henri Parrat, Delémont, 1985