Moutier-Grandval (rôle de la Prévôté, 1461)

Dans la Prévôté de Moutier-Grandval jusqu’au XVe siècle, il y avait deux autorités : l’évêque de Bâle comme souverain, et le prévôt de l’abbaye Saint-Germain à Moutier comme seigneur territorial. C’est afin de se soustraire à certains impôts arbitraires qui ruinaient le pays que le prévôt Jean de Fleckenstein (mort en 1467) accorda un écrit contenant toutes les franchises et servitudes qui régissaient les Prévôtois. Ce rôle du 7 mai 1461, qui prend la forme d’un rouleau de parchemin, contient les droits, les libertés, les us et coutumes, apportant désormais une certaine autonomie au peuple. Ce jour-là eut lieu la prestation de serment entre le bandelier de la Prévôté de Moutier-Grandval Jehan Grosjean, les maires et le prévôt. Ils déclarèrent que deux plaids devraient se tenir par année, en mai et en septembre. Tous les sujets étaient tenus d’y assister sous peine d’amende. Ce qui, en 1461, fut fixé dans le domaine temporel, fut étendu au spirituel le 24 février 1463 par un rôle de paroisse. Le prévôt déclare ainsi être l’inspecteur des églises. Il ne tenait son plaid qu’aux années bissextiles. Par la suite, seul le plaid de paroisse maintint ses assises à Bévilard, tandis que les questions purement civiles étaient traitées en assemblées qui se tenaient à Malleray.

Voir aussi la notice Moutier-Grandval (chapitre).

Robin Moschard, 23/01/2013

Bibliographie

Charles Frey, Histoire et Chronique de Malleray, 1926, p. 40-44
André Rais, « Rôle de la Prévôté de Moutier-Grandval du 7 mai 1461 », ASJE 1967, p. 283-307
Maurice de Tribolet, « Protection et bourgeoisie : le traité de Combourgeoisie de 1486 entre Berne et la Prévôté de Moutier-Grandval », ASJE 1986, p. 35-36