F | D

Huber, Max (1899-1963)

Né le 18 janvier 1899 à Madiswil (BE). Mort le 30 mars 1963 à Bienne. Fils d'enseignant, il a épousé Friede Wüthrich en 1932. Le couple n'a pas eu d'enfant.
Suivant la voie de ses parents, il a suivi une formation d'instituteur à l'école normale cantonale de Hofwil (Staatsseminar). Après avoir enseigné pendant plusieurs années à Kirchberg, il a poursuivi ses études à l'Université de Berne, obtenant un doctorat en sciences politiques en 1932. Avant d'obtenir son diplôme, il a effectué un stage d'un an à la Fabrique d'horlogerie de Fontainemelon.
En 1933, il entre comme secrétaire à la Société générale de l'Horlogerie Suisse SA (ASUAG), poste qu’il abandonne en 1939, pour entrer au service de l’Association d'industriels suisses de la montre Roskopf, devenant son président à partir de 1944. La même année, il fonde sa propre entreprise horlogère, Rex SA.
H. était membre du Conseil d’administration de la Fiduciaire horlogère suisse à Bienne (FIDHOR, 1947-1962), de la Commission consultative de l'industrie horlogère (Consulthor) et de diverses commissions à la Chambre suisse de l'horlogerie (CSH, dès 1939).
En dehors de l'industrie horlogère, il a été le promoteur de la Foire de Bienne. Il a organisé le Tir cantonal biennois en 1948 et a présidé avec succès le Tir fédéral de 1958. En 1959, il a été nommé président d'honneur de la Société de tir de Bienne.

Auteur·trice du texte original: Ziying Li et Johann Boillat, 31/05/2024

Bibliographie

La Fédération horlogère, 6 décembre 1933, 15 juin 1939, 27 août 1942.
Bieler Tagblatt, 2 avril 1963
L'impartial, 24 janvier 1959 et 4 avril 1963.
Le Journal du Jura, 1er avril 1963.

Suggestion de citation

Ziying Li et Johann Boillat, «Huber, Max (1899-1963)», Dictionnaire du Jura (DIJU), https://diju.ch/f/notices/detail/1003975-huber-max-1899-1963, consulté le 15/07/2024.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En continuant à naviguer, vous acceptez notre utilisation des cookies.