Vaucher, Eric (1914-1996)

Originaire de Fleurier (NE). Né à Bienne. Décédé le 3 septembre 1996. Fils de Maurice Vaucher, président de la Fédération Horlogère (FH). Epouse May Weibel (1940), deux enfants.
V. grandit à Bienne où effectue ses classes primaires et secondaires, puis obtient sa maturité au Gymnase allemand et son diplôme d'ingénieur en microtechnique de l'Ecole d'horlogerie du Technicum cantonal de Bienne. Suivent des stages au Laboratoire suisse de recherche horlogère (LSRH) à Neuchâtel, à l'Université de Neuchâtel et en Grande-Bretagne, ainsi que quelques voyages aux Etats-Unis.
Il débute sa carrière d'industriel dans l'horlogerie en 1937 à la Manufacture Recta SA, dont il devient le directeur technique en 1957 (dès 1939 selon Bosshard), puis président du conseil d'administration en 1967. Lors du rachat de Recta par l'américaine Bulova, il conserve son poste chez Recta et devient également directeur technique de Bulova (1961), jusqu'à sa retraite. V. est notamment responsable de la construction de l'usine Bulova près de la gare de Neuchâtel. A son palmarès d'ingénieur, on peut notamment signaler sa participation à l'élaboration du premier dictionnaire horloger, la construction et la production de plusieurs calibres de montres ainsi que l'invention de la célèbre boussole d'armée Recta (1939), commercialisée à travers le monde entier.
Vice-président lors de la création de l'Association des Manufactures (1958), membre de la FH (dont il préside la commission Recherche et Technique), membre encore des organes de l'ACBFH, de la Chambre suisse de l'horlogerie et de la Fondation Guillaume. V. est également délégué dans plusieurs comités et commissions de travail techniques au sein de commissions fédérales (notamment dans le cadre de l'application du statut horloger).
Il s'engage également beaucoup pour l'intérêt public de la ville de Bienne et de sa région :
membre de la Commission de l'Hôpital de Bienne (1952-1984, vice-président 1978-1980) et membre de son comité de direction (1970-1984) ; membre de la Ligue contre la tuberculose et les maladies chroniques (1974-1985), vice-président ; membre de la Commission de l'Ecole d'horlogierie de Bienne (1953-1983), il en a aussi été le président ; membre de la Commission de surveillance du Technicum cantonal de Bienne (école d'ingénieurs) de 1964 à 1983, vice-président (1975-1983) ; membre de la Commission du Gymnase allemand (dès 1950), puis membre du Comité d'action pour la création d'un gymnase français (CASICB), premier président de la Commission du nouveau Gymnase français (1960-1965) ; membre du Comité de rénovation de l'église réformée du Pasquart (1950-1952 ; vitraux de Clément).
A l'armée, V. fut lieutenant d'infanterie, puis successivement nommé premier-lieutenant (1940) et capitaine (1944) dans le Régiment jurassien pendant la Seconde Guerre mondiale. Il termine sont cursus militaire au grade de major (1953), commandant du bataillon de fusiliers 21 (1953-1958) et termine sa carrière de milicien à la tête du bataillon de fusiliers 233 (1959-1960). Président de la Société des officiers Bienne-Seeland (1952-1955).
Très attaché à la Société d'étudiants Gymnasia à Bienne. Zofingien (Neuchâtel, 1936-1939). Délégué du Jura auprès du Comité cantonal des Vieux-Zofingiens bernois.

Philippe Hebeisen, 2/12/2004
Dernière modification: 28/04/2008

Bibliographie

Marcel Bosshard (dir.), Histoire des troupes jurassiennes, Moutier, 1977, p. 402
Annales biennoises, 1996, pp. 144-145