Bellerive (centrale hydroélectrique), Delémont, dès 1904

Centrale au fil de l'eau sur le cours médian de la Birse.
Jusqu'en 1862, le site de Bellerive propose un hôtel et un centre thermal installé par Georges Quiquerez. A la fermeture de l'hôtel, le site devient une zone industrielle accueillant diverses entreprises, notamment une fabrique de pâte de bois utilisant les eaux de la Birse. En 1897, la Cimenterie Portland de Laufon obtient la permission de transformer la fabrique de pâte de bois en une fabrique de ciment. Pour augmenter sa production, elle demande une concession hydraulique obtenue le 10 février 1900. Après quatre ans de travaux, les turbines, raccordées à un générateur électrique, peuvent fonctionner. En septembre 1951, la cimenterie ferme ses portes et toutes les installations sont alors récupérées par Walter Fuchser, commerçant à Aegerten. Il nomme Heinz Müller au poste de surveillant de la centrale, poste qu'il occupera jusqu'en 1999. Les installations vont encore changer plusieurs fois de mains : en 1957, elles sont vendues à Marie Pakowsky, industrielle à Delémont, et Raymond Broquet, technicien à la centrale ; en 1981, à Karl Meier ; et en 1983 à la famille Fievers. En 2004, Markus Fiever réalise d'importants travaux et réaménage complètement la salle des machines.

Emma Chatelain, 7/04/2009

Bibliographie

Georges Cattin, Les centrales électriques jurassiennes, Saignelégier, 2006, p. 337-343