Usine des Riedes-Dessus (microcentrale hydroélectrique), Soyhières, ~1900-1958

Microcentrale au fil de l'eau sur le cours médian de la Birse.
Le 31 octobre 1890, Emile Imhof, Sébastien Joray et Louis Künzli obtiennent une concession hydraulique pour leur fabrique de chaux installée aux Riedes-Dessus. En 1893, l'entreprise est revendue à Jacques Farine (avocat et notaire à Courroux) et Auguste Willemin (propriétaire à Courcelon). Peu avant la Première Guerre mondiale, la production diminue et l'entreprise est contrainte à la faillite (1915). Elle passe alors aux mains de la succursale de Porrentruy de la Banque populaire qui, le 27 janvier 1929, la revend à Charles Borer, contremaître à Soyhières. La turbine fonctionne alors toujours mais ne produit que très peu d'électricité, juste nécessaire à l'éclairage des bâtiments et ce probablement depuis le début du siècle.
En 1947, les installations sont vendues à Wattohm SA qui y installe une usine de condensateurs pour téléphones et autres appareils électriques. En 1954, Wattohm loue ses installations à Pierre Wernli qui y installe une fabrique d'articles électroniques en bakélite. En 1958, il fait usage de l'alternateur mais doit ensuite se raccorder au réseau des Forces Motrices Bernoises (FMB) en raison d'une production trop faible et irrégulière. En 1960, le site change encore une fois de visage puisque c'est désormais l'entreprise bâloise Schumarini, spécialisée dans la confection de vêtements en plastique, qui occupe les lieux. Quant au propriétaire, Charles Borer junior rachète les immeubles en 1962 à Wattohm. La force hydraulique n'est elle par reconduite.

Emma Chatelain, 7/04/2009
Dernière modification: 14/07/2009

Bibliographie

Georges Cattin, Les centrales électriques jurassiennes, Saignelégier, 2006, p. 345-351