Queloz, Maurice Joseph (1748-1824)

Né à Saint-Brais le 11 août 1748. Décédé subitement à Saint-Brais le 1er décembre 1824. Fils de Pierre François (1707-1781) et de Marie Madeleine Simon (' 1789).
Etudiant au séminaire de Porrentruy en 1772 et 1773, il a reçu la tonsure et les ordres mineurs le 4 avril 1772 ; il est ordonné sous-diacre le 19 décembre 1772, diacre le 10 avril 1773, prêtre le 18 décembre 1773 (à Porrentruy, dans la chapelle de la résidence épiscopale) ; il est approuvé (juridiction) pour la première fois le 18 décembre 1773 (post examen supra mediocritatem). Nommé curé de Soubey par provision apostolique du 18 octobre 1785 (il succède à Jean Pierre Theurillat), il donne sa démission avant le 20 décembre 1791 (date de la nomination de son successeur, Charles Ignace Nussbaumer).
A l'automne 1791, il s'enfuit de sa paroisse de Soubey, avec sa servante, et occupe plusieurs cures en Franche-Comté pendant tout le temps de la Révolution. A Besançon, il est ramassé dans une auberge par les gens de Sornay (F, Haute-Saône, arr. Vesoul, cant. Marnay), qui l'emmènent pour les desservir ; nommé curé intrus à Hugier (F, cant. Marnay), par Jean Baptiste Flavigny, évêque constitutionnel de la Haute Saône, il doit, en raison de sa conduite scandaleuse, quitter cette paroisse, avant même le Concordat, et aller dans la petite desserte voisine de Cult (F, 1er juillet 1817). Rentré à Saint-Brais, sa patrie, après vingt et quelques années d'absence, il est aussi interdit dans le diocèse de Bâle. Ayant finalement signé sa rétractation, il est autorisé à dire la messe, mais est exclu de toute forme de ministère paroissial (13 et 20 avril 1818).

Jean-Pierre Renard, 11/05/2010

Bibliographie

Jean-Pierre Renard, Le clergé paroissial dans les arrondissements de Delémont et de Porrentruy avant et après la réorganisation de 1802-1804, Saignelégier, 2009, p. 479