Parc régional Chasseral (PRC)

Le Parc régional Chasseral (PRC) est à la fois un territoire, le massif de Chasseral et environs, et une organisation de développement, l'association Parc régional Chasseral. Cette dernière a été fondée en septembre 2001 comme une association de droit privé par l'Association régionale Jura-Bienne (ARJB). Elle est composée de communes membres (29 communes en 2009) qui constituent un collège avec droit de veto, de membres collectifs (bourgeoisies, entreprises, associations ; 78 membres en avril 2009) et de membres individuels (163 familles ou individus en avril 2009). Elle est financée par les partenaires locaux, les collectivités régionales et la Confédération.
Son fonctionnement se fonde sur un comité (21 membres), un bureau (3-7 membres), une équipe de permanents (5 personnes), ainsi que quatre commissions de travail : charte ; nature, paysage et patrimoine ; économie axée sur le développement durable ; éducation au développement durable, culture et communication. Son siège se trouve à Saint-Imier.
Depuis 2006 et l'acceptation par la confédération d'une nouvelle base légale pour la loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage (LPN) qui défini un cadre précis pour les parcs régionaux, le PRC s'efforce de répondre aux critères demandés afin d'obtenir la reconnaissance comme « parc d'importance nationale ». En 2008, un premier pas est franchi puisque la Confédération reconnaît le PRC comme candidat officiel à l'obtention de ce label. Cette reconnaissance est en outre accompagnée de l'assurance d'un financement de la Confédération en quatre tranches de 213'000.- jusqu'en 2011.

Le PRC couvre 387 km2 (presque 1% de la superficie de la Suisse) et compte 35'000 habitants. Il se situe sur les cantons de Berne (22 communes) et Neuchâtel (7 communes). Son point culminant est le sommet du Chasseral, à 1607,4 m d'altitude.

Le Parc mène des projets dans les trois domaines suivants :
1) Préservation et mise en valeur de la nature et du paysage. Par exemple, lutter pour la préservation du Grand Tétras et la réintroduction du Sabot de Vénus. Maintenir la flore un protégeant la section la plus courue de la crête de Chasseral du piétinement. Ou encore nettoyer les gouffres répertoriés sur le massif de Chasseral qui ont été assainis de leurs déchets (plusieurs centaines de mètres cubes ont été prélevés).

2) Renforcement des activités économiques axées sur le développement durable. Par exemple la publication de la Brochure de la Route des Goûts et des Saveurs et de la Brochure de la Crête de Chasseral, deux documents qui donnent de manière synthétique des informations précises pour découvrir les produits régionaux et les richesses naturelles de la région. Publication du dépliant Lignes & Chemins à raison de 16'000 exemplaires annuels, document qui propose des idées de randonnées au départ des lieux desservis par les transports publics. Réalisation de deux itinéraires, un parcours VTT et un réseau équestre, grâce à la pose de 700 panneaux et l'amélioration de près de 40 passages de clôtures. Excursions thématiques guidées. Mise en place en 2004 de la ligne de bus Nods-Chasseral ; en effet depuis la fermeture du télésiège, aucun moyen de transport public ne permettait d'accéder au Chasseral par le flanc Sud.

3) Développement de l'information, l'éducation à l'environnement, les partenariats et la recherche. Collaboration avec les écoles, le gymnase de Bienne ; participation à la Semaine du Goût.

Président : Michel Walthert
Directeur : Fabien Vogelsperger (depuis mai 2002)

Emma Chatelain, 25/06/2010
Dernière modification: 28/11/2011

Fonds d'archives

Mémoires d'Ici (Saint-Imier), dossier documentation, « Parc régional
Chasseral »

Lien: http://www.parcchasseral.ch/