Ecole d'ingénieurs, Bienne

Fondé en 1890, le Technicum cantonal de Bienne (TCB), devenu plus tard Ecole d'ingénieurs de Bienne (dès le 1er janvier 1977), est aujourd'hui intégré à la Haute école spécialisée bernoise (HESB) fondée le 1er octobre 1997. Avec les écoles de Berthoud et Berne, l'école de Bienne forme la section Technique et informatique de la HESB. Cette dernière regroupe six filières de formation :
- technique et informatique (Bienne, Berthoud et Berne) ;
- architecture, bois et génie civil (Berthoud et Bienne) ;
- économie et administration, santé et travail social (Berne) ;
- arts (Berne et Bienne) ;
- agronomie (Zollikofen) ;
- sport (Macolin).
L'Ecole d'ingénieurs de Bienne regroupe six départements, tous dirigés par un doyen : mécanique technique, technique automobile, électrotechnique, microtechnique, architecture, informatique.

L'idée de la fondation d'une école d'horlogerie à Bienne naît en 1871, notamment chez Emile Brunner-Bridel, fabricant d'horlogerie et conseiller de bourgeoisie. En août 1873, l'Ecole d'horlogerie de Bienne peut donc ouvrir ses portes et accueillir ses 18 premiers élèves, dirigés par M. Masmejan, d'origine vaudoise. En 1876, l'Ecole d'horlogerie s'installe dans de nouveaux bâtiments, construits pour elle. En 1887, l'Ecole des arts industriels s'ouvre. Ses premiers maîtres sont J. Wolf, artiste peintre, et Gottlieb Huttenlocher. En 1888, une école de mécanique est affiliée à l'Ecole d'horlogerie. Dès ce moment, un comité d'initiative, présidé par le maire de la ville, Niklaus Meyer, commence ses travaux en vue de la création d'un technicum. Cependant, la ville de Berne a alors les mêmes projets. Une rivalité va alors naître entre ces deux villes qui vont redoubler d'actions auprès du Grand Conseil pour emporter son adhésion. Finalement, avant qu'une décision politique au niveau cantonale n'ait été prise, le comité d'initiative de Bienne va prendre la décision de fonder son technicum sous le nom de « Technicum de la Suisse Occidentale » en date du 25 janvier 1890. Ses portes sont officiellement ouvertes le 1er mai 1890. Alexandre Hutter en est nommé directeur.
Néanmoins, au niveau cantonal, on n'abandonne pas pour autant l'idée de créer une école professionnelle cantonale, confirmée par volonté populaire le 26 octobre 1890. Suite à un vote au sein du Grand Conseil (11 mars 1891), le siège de cette école est attribué à Berthoud devant Bienne et Berne. A Bienne, on ne se laisse pas décourager par cette décision et on continue à promouvoir le mieux possible le technicum. On décide notamment de construire un nouveau bâtiment (inauguré en 1900) et de réorganiser l'établissement en quatre divisions (école d'horlogerie avec division de mécanique de précision ; école d'électrotechnique ; école d'arts industriels et d'architecture ; école des chemins de fer) alors que le Conseil municipal et le Conseil de ville prévoient une somme importante pour le Technicum dans le budget de la ville. En outre, toutes les sections, sauf celle d'architecture (considérée comme pouvant concurrencer l'école de Berthoud) sont subventionnées par le canton.
En date du 1er janvier 1910, le technicum est repris par l'Etat et devient donc le « Technicum cantonal de Bienne » (TCB). Il est alors réorganisé en quatre sections : division technique (école de mécaniciens-techniciens, école d'électrotechniciens et d'électromonteurs, école pour techniciens du bâtiment), division des arts et métiers (école d'horlogerie, école de petite mécanique, école d'arts industriels), division des services publics (école des chemins de fer, école des postes) et cours préparatoires.
En été 1930, une nouvelle section est ouverte, celle de l'automobile. Cinquante ans plus tard, on ouvrira une division d'informatique. En été 1952, la nouvelle Ecole suisse du bois devient la neuvième section du TCB. Elle sera indépendante dès 1959.

Emma Chatelain, 25/08/2008

Bibliographie

75 Jahre Kantonales Technikum Biel, Höhere technische Lehranstalt HTL = 75 ans Technicum cantonal Bienne, Ecole technique supérieure ETS : 1890-1965, [Bienne], [1965]
https://www2.ti.bfh.ch/fbi/Archiv/www.hta-bi.bfh.ch/f.html (6.5.2008)
www.bfh.ch/index.php?nav=&lang=fr (6.5.2008)
www.ti.bfh.ch/index.php?id=1&L=1 (6.5.2008)