Rochat, Jules-Jérémie (1896-1962)

Rédacteur.
Né aux Charbonnières Le 17 août 1896. Décédé en 1962. Son père, agriculteur et forte personnalité, était un des députés de la Vallée de Joux au Grand Conseil vaudois. Ayant perdu sa mère très jeune, il s'attache beaucoup à son grand-père, instituteur. A la fin de sa scolarité, il entre à l'Ecole normale de Lausanne. Surpris par la guerre et mobilisé, épris de poésie, attiré de plus en plus par la littérature, il ne se sent pas à l'aise dans l'établissement lausannois qu'il quitte pour préparer sa maturité fédérale. Inscrit à la Faculté des Lettres de l'Université de Lausanne, il est bientôt séduit par le prestige dont jouit alors Gonzague de Reynold, qui enseigne à l'Université de Berne. Il se rend alors dans la capitale et suit les cours de G. de Reynold, prépare une thèse sur Huysmans tout en écrivant. Fondateur de la maison d'édition "Au Chandelier", il est le premier éditeur de Monique Saint-Hélier et de Clarisse Francillon. Pendant un temps, il est le secrétaire particulier de son maître, dont il deviendra plus tard un des éditeurs. Dans le cadre de ses recherches, et afin se mêler aux milieux littéraires, il part séjourner à Paris à deux reprises. Mais le vieux français, enseigné à l'Université de Berne par le prof. Jaberg, est fatal à son cursus universitaire et le dégoûte des études.
Auparavant, il est entré à la Société d'étudiants de Zofingue, dans laquelle il est apprécié. A l'avant-garde des mouvements littéraires, l'équipe de la NRF le séduit. Son "Damase" date de cette époque.
Ne pouvant vivre éternellement sa vie de bohême, il accepte une place de correcteur dans une grande imprimerie de Berne (après 1925), sans pour autant abandonner la littérature. En 1931, il entre au "Journal du Jura", occupe la fonction de rédacteur et s'installe dès lors à Bienne, où il fonde un foyer qui comptera cinq enfants.
Pendant quelques années, R. est président de la section de Bienne de la Société jurassienne d'Emulation (SJE), et membre du jury des prix littéraires de l'Emulation, qui lui confie EN OUTRE la chronique littéraire des Actes.
Déjà mobilisé en 1916, l'appointé R. repart sous les drapeaux en 1939. Il écrit alors régulièrement ses "Croquis", qui lui valent peu à peu une grande popularité dans le pays.
Il est l'auteur de plusieurs oeuvres, dont des études et des contes.

Philippe Hebeisen, 15/10/2004
Dernière modification: 30/04/2007

Bibliographie

René Fell, "Jules-Jérémie Rochat: rédacteur" [nécrologie], in ASJE 65, 1961, pp. 283-285.