ERREUR: Requête MySQL non valide:

INSERT INTO _stat_consult(notices_id,stat_date) VALUES (2200, CURDATE())

Table './kxoq_diju2/_stat_consult' is marked as crashed and last (automatic?) repair failed (Contrôleur: .php)

Rengger, Joseph-Antoine (de la Lime) (1734-1821)

De Bienne. Né le 14 juin 1734 à Altkirch (F). Décédé le 5 septembre 1821 à Colmar (Haut-Rhin, F). Fils de Jacques-Christophe (1701-1785), trésorier et conseiller aulique des princes-évêques de Bâle, et de Béatrix Nansé, d'Altkirch. Epouse (1767) Marie-Thérèse Priqueler, fille de Jean-Baptiste, lieutenant-colonel de cavalerie, soeur d'Antoine et Jean-Baptiste Priqueler, nièce de Jean-Baptiste Joseph Gobel. Père de Joseph-Antoine Rengger.
Collège jésuite de Porrentruy, études de droit à l'université de Strasbourg (licence en 1754). Après avoir été avocat au Conseil souverain d'Alsace et greffier dans le grand bailliage de Burgau, R. entre au service des princes-évêques de Bâle : secrétaire du Conseil aulique (1763), conseiller aulique (1767), syndic des Etats par intérim (1780), secrétaire du Conseil intime (1782), syndic des Etats (1782-1791). Il est anobli en 1783 sous le nom de la Lime, d'après une de ses terres en Erguël, ce qui ne l'empêche aucunement d'être le principal zélateur de la Révolution dans l'Evêché.
En mars 1791, R. prend la tête du mouvement révolutionnaire qui agite la principauté épiscopale. Devenu le chef du parti jacobin, il est l'un des principaux artisans de la création de la République rauracienne (le 17 décembre 1792), dont il préside les deux premières assemblées, puis de son annexion à la France (23 mars 1793). Elu procureur général syndic du nouveau département du Mont-Terrible, il est également à la tête du Comité de surveillance du district de Porrentruy. De fait, quelques mois durant, il est le maître du pays, avant d'être destitué. Accusé d'enrichissement illégal, fragilisé par la chute de Gobel, il fuit à Moutier (29 avril 1794), puis à Bienne, d'où il est expulsé. Arrêté, envoyé à Paris pour y être jugé, il est libéré de toute accusation en 1795.
Inspecteur de la marque de garantie (métaux précieux) à Strasbourg, le jacobin R. rebondit sous le Premier Empire en devenant juge (1807), puis président (1811-1815) du tribunal civil de l'arrondissement de Delémont.

Emma Chatelain et Damien Bregnard, 23/10/2005
Dernière modification: 20/07/2018

Fonds d'archives

Archives départementales du Ht-Rhin, registre des décès de Colmar, année 1821, n° 308

Bibliographie

André Bandelier (dir.), Théophile-Rémy Frêne. Journal de ma vie, volume V, Porrentruy/Bienne : SJE/Intervalles, 1993, p. 587
Damien Bregnard, « Rengger [Rengguer], Joseph-Antoine », Dictionnaire historique de la Suisse, version du 22.2.2010