Bourquard, Humbert (1924-2017)

Bourquard, Humbert (1924-2017)

Originaire de Boécourt. Né en 1924. Décédé le 12 septembre 2017. Marié à Simone Bourquard-Zaugg.
Industriel actif dans le secteur des boîtes de montre. Après avoir effectué divers stages dans des fabriques de boîtes de montres (Donzé, Bassecourt; Ruedin, Bassecourt; Lüthy Frères, Delémont), B. s'installe à son compte à Boécourt (1947). Il est rapidement rejoint par ses frères, avec qui il dirige la société Bourquard SA. Le contexte économique de la forte croissance des années 1945-1975, associée à son propre dynamisme, vont permettre à ce dernier de peu à peu s'affirmer comme le principal fabricant de boîtes de montres du Jura, puis de l'ensemble de la Suisse. Son expansion commence dans les années 1950, avec le rachat de nombreux ateliers et fabriques de boîtes de montres disséminés dans l'arc jurassien, parmi lesquels Jeangros, Montfaucon ; Les Fils de Robert Gygax, St-Imier ; Raaflaub, Moutier ; Manufacture de boîtes SA, Delémont ; et Blanches-Fontaines, Undervelier, ainsi que la création de nouvelles entreprises : Nobilia, Porrentruy ; Lomont, Damvant ; La Férouse, Grandfontaine ; et Cristallor, La Chaux-de-Fonds. De plus, B. développe des unités de production à l'étranger (Singapour, France) afin de lutter sur place contre cette nouvelle concurrence et de disposer de suffisamment de main-d'oeuvre, dans un contexte de plein emploi en Suisse. Ces diverses entreprises sont réunies en 1969 dans la holding La Générale SA. Ce groupe comprend près d'un millier d'employés au début des années 1970, dont 800 dans le Jura, ce qui en fait l'un des principaux employeurs jurassiens et le plus grand fabricant de boîtes de montres d'Europe. Elle produit alors près de 7 millions de boîtes par année, essentiellement dans le bas et moyen de gamme. Ce géant industriel est touché de plein fouet par la crise qui touche l'horlogerie dès la fin des années 1970. La production chute à moins de 3 millions de boîtes en 1979, tandis que le nombre d'employés n'est plus que de 400 en 1980. Afin de tenter de surmonter ces difficultés, B. fusionne La Générale avec une autre grande entreprise de boîtes de la région, E. Piquerez SA, de Bassecourt, elle-même en difficulté (1984). La nouvelle entreprise emploie alors moins de 200 personnes, mais n'évite pas la fermeture, effective en 1986. B. reste toutefois engagé dans l'industrie de la boîte de montre, en supervisant la maison Terbival SA à Courchapoix.

Pierre-Yves Donzé, 28/11/2005
Dernière modification: 10/01/2019

Fonds d'archives

CEJARE, Fonds Humbert Bourquard

Bibliographie

www.moneyhouse.ch (consulté le 21.9.2017)
www.todesanzeigenportal.ch (consulté le 21.9.2017)