Dos le Môtie (site archéologique, Courtételle)

Objet : basilique
Datation : Haut Moyen Age, Bas Moyen Age
Fouilles : 1971, Comité des fouilles de Courtételle, J.-P. Lehmann ; 1972, Service archéologique du Canton de Berne (SAB)
Collections : sarcophage à l'extérieur de l'église paroissiale de Courtételle ; Office de la culture, Porrentruy

L'église Saint-Maurice était construite dans un des méandres de la Sorne. Situé à l'écart du village, de l'autre côté de la rivière, l'édifice était d'accès malaisé pour les paroissiens, ce qui causa son abandon en 1729, puis sa démolition. En 1971, le comité des fouilles entreprit la mise au jour des vestiges de la basilique dont l'emplacement était connu. Des soubassements de murs, des tombes et un sarcophage mérovingien, déposé au sud du clocher de l'église paroissiale actuelle, furent découverts lors des sondages. Le Service archéologique du canton de Berne reprit les travaux l'année suivante.
L'église Saint-Maurice, petit bâtiment nommé basilique par le moine Bobolène, existe déjà au VIIe siècle. Aucun vestige de murs ne le confirme, mais la découverte du sarcophage atteste une présence à cette époque.
Une église, datant vraisemblablement du Xe siècle, comprenait une nef de 10,5 m sur 6,8 m et un choeur carré de 4,5 m de côté. Cet édifice fut, en partie du moins, détruit au XIIIe siècle et remplacé par une église de même plan. Au nord du choeur furent retrouvées les fondations d'une tour de 6,9 m de côté, dont l'épaisseur des murs atteint 1,8 m. Cette église médiévale fut détruite vers 1740 et le terrain cédé à l'agriculture. Un troisième bâtiment, dont la fonction reste hypothétique, fut encore découvert à l'extérieur du mur d'enceinte.
Une croix de pierre, érigée en 1869, commémore le passage de saint Germain et de saint Randoald, et atteste le lieu de l'église Saint-Maurice. Aux alentours de la croix, une reconstitution des fondations de l'ancienne église paroissiale peut être observée.
Selon l'écrit de Bobolène, au VIIe siècle, des terres de la vallée de la Sorne, nommée alors Sornegau, avaient été concédées par le duc d'Alsace au monastère de Moutier-Grandval. L'un d'eux, Chaticus, appelé aussi Adalric, en prit ombrage et envahit la région avec ses troupes, maltraitant les habitants. Dans l'église Saint-Maurice, Germain et Randoald rencontrèrent le duc qui leur fit certaines promesses. Tous deux, sur le chemin du retour, furent assassinés dans la plaine de La Communance, au sud de la ville de Delémont.

Voir aussi la notice Archéologie.

Claude Juillerat et François Schifferdecker (réd.), Guide archéologique du Jura et du Jura bernois, Porrentruy, 1997, 1/12/2005
Dernière modification: 12/07/2010

Bibliographie

Moine Bobolène, Vie de Saint Germain (reprint : Passio Sancti Germani Grande Vallensis, Codex Sangallensis 551), Neuallschwil, 1985
Comité des fouilles (réd.), Histoire de Courtételle (polycopié), Courtételle 1971
Bruno Kehrli, « La basilique Saint-Maurice dans le Salignon », in Le Pays et Le Démocrate, 22.12.1973
Pierre-Olivier Walzer, Vie des Saints du Jura, Réclère, chez l'auteur, 1979, pp. 259-317
Claude Juillerat, François Schifferdecker (réd.), Guide archéologique du Jura et du Jura bernois, Porrentruy, 1997

Lien: http://w3.jura.ch/services/oph/sar/Sites_nonA16/CTT-MO/CTT-MO-Texte.htm