F | D

Eglise Saint-Pierre (site archéologique, Moutier)

Objet : église Datations : Haut Moyen Age, Bas Moyen Age, époque moderne Fouilles : 1873, A. Quiquerez (sondages) ; 1942, A. Gerster et A. Rais Collections : - A la hauteur de l'hôtel du Cerf, entre la rue Centrale et la ruelle du Château, se dressait jusqu'en 1859/1873 l'église Saint-Pierre. D'après Auguste Quiquerez, cette église, fondée vers 630, fut la première construite par saint Germain à Moutier. Elle serait l'église primitive du monastère de Moutier-Grandval. En fait, on ne peut être sûr de la fonction exacte de cette église, étant donné qu'un monastère du Haut Moyen Age pouvait comprendre plusieurs églises. Peut-être s'agissait-il de l'église des moines ou tout simplement de l'église funéraire. La question de l'emplacement des bâtiments conventuels demeure elle aussi non résolue à l'heure actuelle, mais des fouilles menées en 2008 pourraient bien donner des éléments de réponse à cet égard. Saint Germain y serait inhumé, ainsi que le rapporte Bobolène dans sa Vita Sancti Germani. Lors de la destruction du bâtiment dès le milieu du XIXe siècle, Quiquerez découvrit plusieurs sarcophages en calcaire et en tuf, et put dresser le plan du bâtiment primitif ainsi que des ajouts successifs. De plan rectangulaire, l'église primitive possédait une abside à l'est. Le bâtiment mesurait 19 m par 9 m; ses murs avaient une épaisseur de 0,8 m. Jusqu'en 1873, treize tombes furent dégagées: cinq au moins étaient orientées au nord, les autres à l'est. Un sarcophage placé devant l'abside renfermait un corps portant un vêtement orné de paillettes d'or, peut-être celui d'un haut dignitaire religieux. Les sarcophages étaient généralement constitués d'un caisson et d'un couvercle bombé, taillés dans des blocs calcaires monolithiques. Leur forme trapézoïdale permet de situer ces inhumations à l'époque mérovingienne, ce qui confirmerait la fondation de l'église Saint-Pierre au VIIe siècle. On peut penser qu'il s'agit là de la première église conventuelle. D'autres tombes découvertes à l'extérieur de l'église suggèrent l'existence d'un cimetière. Quelle que soit la fonction exacte de cet édifice, à la fin du XIe siècle, la construction sur une colline proche d'une nouvelle église conventuelle dédiée à la Vierge Marie, puis plus tard à saint Germain, modifia le statut de Saint-Pierre, qui n'eut dès lors plus qu'une vocation paroissiale. En 1741, l'église Saint-Pierre fut agrandie avant d'être définitivement démolie en 1873. Aujourd'hui, un locatif occupe partiellement cet ancien espace sacré. Voir aussi la notice Archéologie.

Auteur·trice du texte original: Claude Juillerat et François Schifferdecker (réd.), Guide archéologique du Jura et du Jura bernois, Porrentruy, 1997 (complété en 2008 : Ludwig Poget), 10/11/2008

Bibliographie

Auguste Quiquerez, Monuments de l'Ancien Evêché de Bâle : églises (ms. transcrit par Marcelle-France Reymond, Milena Hrdina et Joseph Hanhart), 1983, pp. 21-27, 40 Florentine Müterich, Matthias Exner (réd.), Vorromanische Kirchenbauten : Katalog der Denkmäler bis zum ausgang der Ottonen, 1, München, 1966, p. 226 Claude Juillerat, François Schifferdecker (réd.), Guide archéologique du Jura et du Jura bernois, Porrentruy, 1997

Suggestion de citation

Claude Juillerat et François Schifferdecker (réd.), Guide archéologique du Jura et du Jura bernois, Porrentruy, 1997 (complété en 2008 : Ludwig Poget), «Eglise Saint-Pierre (site archéologique, Moutier)», Dictionnaire du Jura (DIJU), https://diju.ch/f/notices/detail/6668-eglise-saint-pierre-site-archeologique-moutier, consulté le 19/05/2024.

Catégorie

Archéologie
Archéologie

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En continuant à naviguer, vous acceptez notre utilisation des cookies.