Battoir (centrale hydroélectrique), Cormoret

Le 15 mai 1885, une convention est signée entre la commune de Cormoret et la Fabrique de Télégraphes et Appareils électriques de Neuchâtel pour l'installation d'un réseau d'éclairage électrique public qui est alors le premier en Suisse. La bourgeoisie participe financièrement en mettant à disposition un local au « battoir » pour y installer la dynamo. Les travaux sont terminés à la fin de l'été 1885. Différentes petites amélioration sont apportées au réseau dans les années qui suivent (notamment le remplacement de la roue du battoir par une roue métallique) mais pas suffisamment pour qu'il puisse fournir l'électricité aux ménages privées. Ceux-ci doivent en effet attendre l'arrivée dans la commue de la Société des forces électriques de La Goule (SEG) en 1897 pour pouvoir éclairer leurs maisons.
Cependant, en 1901, le maire d'alors, Georges-Henri Liengme, constate que sa commune a un sérieux retard au niveau de son taux d'électrification. Le conseil communal propose alors de renforcer le réseau d'éclairage public qui permettrait ainsi une électrification globale du village.
En attendant, on remplace déjà la roue du battoir par une turbine et une nouvelle génératrice. En automne 1901, la bourgeoisie signe une convention avec la maison M. Flury, fils & Cie pour la construction d'une fabrique qui utiliserait et donc s'occuperait de gérer la force hydraulique produite à l'ancien battoir. Les travaux sont terminés en automne 1902.
La fabrique ne sera pas un succès et va régulièrement changer de propriétaires : Delay, Meyer, Liengme puis Schmid. En 1977, elle est rasée pour faire place à une usine-halle, Schmid Machines SA (faillite en 1995 puis déménage à Courtelary en 2001). La centrale électrique est conservée et raccordée au réseau de la SEG. Abandonnée en 1989 pour des raisons de rentabilité, elle est rachetée en 1999 par Adrien Dubuis, architecte à Evilard, et remise en marche en 2002, après d'importantes rénovations menées notamment avec le soutient de la fondation Revita.

Emma Chatelain, 5/05/2009

Fonds d'archives

Mémoires d'Ici, Saint-Imier, dossier documentation « Cormoret » (Journal du Jura, 15 mars 2002 ; Le Quotidien Jurassien, 19 mars 2002)

Bibliographie

Bernard Romy, Le Meunier, l'horloger et l'électricien. Les usiniers de la Suze, 1750-1950, Intervalles, no 69-70, automne 2004, p. 184-190
Bernard Romy, La Suze, une rivière au parfum d'énergie ! [Enregistrement vidéo], Les Films de la Côte, 2008
www.moneyhouse.ch (28.4.2009)
www.schmid-machines.ch/ (28.4.2009)