Caisse d'Epargne du district de Courtelary (CEC)

La naissance de la Caisse d’Epargne du district de Courtelary (CEC) remonte à l’assemblée du 12 novembre 1829 à Courtelary convoquée par le doyen Charles-Ferdinand Morel, alors pasteur à Corgémont. L’acte de fondation est signé à Courtelary le 27 novembre 1829.
Le but est alors de créer « une caisse d’épargne à l’usage des habitants du Baillage, dont le but est de leur faciliter les moyens de placer en toute sûreté leurs économies et d’en retirer des intérêts » (extraits des statuts). Les statuts sont signés par 48 personnes qui se répartissent les 71 actions.
Mère ou soeur de la « Caisse centrale des pauvres » (auj. Association des oeuvres d’utilité publique du district de Courtelary, AOUP) créées à Courtelary en 1816 par le doyen Morel et le bailli Frédéric May, la CEC se soucie dès ses débuts d’apporter son soutien au développement de la région. Ainsi, elle n’hésite pas à accorder des dons ou des prêts à des taux préférentiels. Ainsi, en 1902 par exemple, elle accorde un prêt de 150'000.- à un taux de 2% d’intérêts pour l’agrandissement et la modernisation de l’Asile, ou en 1930, un prêt de 500'000.- à 1% pour l’Hôpital du district.
Depuis 1910, cette caractéristique de la banque est clairement exprimée dans les statuts. En effet, on y affirme dès lors qu’elle est une institution uniquement à but d’utilité publique et les actions sont vendues aux communes municipales et bourgeoises du district. Les dividendes sont supprimés. Une part des bénéfices revient aux communes actionnaires sous forme de don proportionnel au nombre d’habitants et le reste est distribué sous formes de dons à des oeuvres d’utilité publique, des institutions de bienfaisance, des manifestations culturelles, sportives, etc. Quatre nouvelles succursales seront ouvertes, à Tramelan (1961), Sonceboz et Saint-Imier (1978) et La Chaux-de-Fonds (novembre 2008).
En 1967, la Caisse d’épargne et de prêts de Sonvilier (CEPS), fondée en 1888, transformée en SA en 1948, est absorbée par la CEC.
En 1994, la CEC adhère à RBA-Holding, remplaçante de l’Union des Banques Régionales Suisses. En 2003, elle décide de rejoindre le groupe Clientis dont elle devient actionnaire en date du 1er janvier 2004. Elle se nomme dès lors, Clientis Caisse d’épargne de Courtelary (CCEC).

Emma Chatelain, 23/07/2009
Dernière modification: 7/01/2016

Fonds d'archives

Mémoires d’Ici, dossier documentation « Caisse d’Epargne du district de Courtelary (CEC) »

Bibliographie

S. Schwab, La Caisse d’épargne du district de Courtelary, Saint-Imier, Imprimerie Ernest Grossniklaus, 1879
Virgile Rossel, La Caisse d'épargne du district de Courtelary 1829 à 1929, Courtelary, Imp Strahm-Liengme, 1929
Paul-André Mathys, Michel Rey, 150 ans Caisse d'épargne du district de Courtelary, Saint-Imier, impr. Francis Favre et Jura Bernois, 1979
Paul-André Mathys (dir.), Du doyen Morel à Clientis. 175 ans d’histoire, 2004
Caisse d’épargne de Courtelary, Rapport de gestion, dès 1947
L'Express, 1er mai 2009
www.rjb.ch (4.8.2014 ; 1.10.2014)

Lien: http://https://cec.clientis.ch/