Combat socialiste (CS)

Fondé en mai 1977, Combat socialiste (CS) est formé à l’origine essentiellement par des jeunes de Delémont. CS se veut plus un mouvement qu’un parti politique au sens propre et se réclame du socialisme autogestionnaire. Ses membres sont avant tout issus des milieux syndicalistes, pacifistes ou antinucléaires. Le parti défend une position située à gauche du Parti socialiste et accentue son programme sur la jeunesse (formation, droit de vote à 16 ans) et sur l’environnement. De sa fondation jusqu’au milieu des années 1990, le parti fonctionne sur des bases purement autogestionnaire, sans président ou porte-parole précis. Par la suite, un coordinateur sera désigné.
La ligne politique, globalement très proche du Parti ouvrier populaire (POP), amène CS à nouer une alliance avec ces derniers en vue des élections de 1978. Cette première tentative de siéger au législatif cantonal se solde par un échec pour CS, les deux élus de la liste commune étant issu des rangs popistes. En vue de la législature suivante, en 1982, Combat socialiste décide donc de faire cavalier seul et parvient à faire élire son premier député.
Lors des élections de 1990, Combat socialiste présente Odile Montavon au gouvernement. Grâce au soutien de l’ensemble de la gauche, elle réussit l’exploit de finir en quatrième position du premier tour avec 35% des voix, devançant les sortant du PS et du PSCI. CS réussit aussi sa meilleure performance aux élections parlementaires en envoyant trois députés à Morépont. Trois ans plus tard, profitant d’une élection partielle, Odile Montavon parvient à entrer au gouvernement. Sa magistrature sera toutefois de courte durée, à peine plus d’une année. En effet, les élections au gouvernement de 1994 verront les grands partis resserrer les rangs. Dans ces conditions, CS, cantonné à Delémont ne fait le poids et Odile Montavon ne sera pas réélue.
Dès la législature suivante, Combat socialiste cherche à nouer des alliances électorales. En 1998, le parti présente une liste commune avec le Mouvement écologiste jurassien (futurs Verts jurassiens), puis forme un groupe parlementaire avec le POP la même année. Les deux partis de gauches vont ainsi progressivement se rapprocher et fusionner en 2013 sous l’appellation de CS-POP.
De 1978 à 1994, Combat socialiste expose ses idées et développe son programme dans une feuille d’information sobrement nommée Combat socialiste, qui change de titre ensuite et devient Le petit combat socialiste illustré.

Coordinateur de CS
1995-2013 Jean Parrat

Président-e-s du CS-POP
2013-2014 Jeanne Beuret
2014- Jean Parrat et Pierluigi Fedele

Iann Gaume, 16/09/2015

Fonds d'archives

Service de l'information et de la communication (SIC, Delémont), dossier 175-POP-Combat socialiste

Bibliographie

Gauche Hebdo, 30 novembre 2012
Le Démocrate, 11 mai 1977
L’Impartial, 7 novembre 1994
www.chronologie-jurassienn.ch (22.07.2015)
Informations transmises à l’auteur par Jean-Pierre Kohler.

Compléments

Combat socialiste et Le petit combat socialiste illustré sont consultables à la Bibliothèque cantonale jurassienne à Porrentruy (collections incomplètes), cote: BICJ PJQ 267 et BICJ PJQ 163.

Lien: http://www.cspop.ch