Racine, Fernand (1923-1992)

Né en 1923 à Moutier. Décédé en 1992 à Bâle. Epouse Marcelle Balmer en 1955. Deux enfants. Violoniste.
R. reçoit ses premières leçons de violon à 10 ans. Après la fin de sa scolarité à Moutier, il accomplit d'abord un apprentissage de commerce (diplôme en 1941), mais trouve bientôt le moyen de se consacrer entièrement à son instrument et à la musique. A l'occasion du 75e anniversaire de son ancienne école secondaire à Moutier en 1945, il compose la cantate Hommage au vieux collège (texte par Henri Girardin). En 1946, il publie avec quelques amis la Revue prévôtoise. Dans la même période, il poursuit des études auprès du Conservatoire de Bâle, obtenant son diplôme de professeur de violon en 1947. Deux ans plus tard, il assume un poste d'enseignant au sein de cette même institution – qui en juin 1949 lui décerne de plus le certificat de virtuosité. Depuis 1948, il travaille également comme professeur de musique à l'Ecole normale de Porrentruy.
En 1951, R. voyage à Paris pour enregistrer des disques avec la pianiste Suzanne Wetzel. Par la suite, il s'établit à Bâle, tout en maintenant des liens étroits avec sa région d'origine, notamment en dirigeant souvent l'Orchestre du Foyer à Moutier et en contribuant à de nombreuses critiques musicales à la Tribune jurassienne. Le 27 avril 1953, il intègre le Quatour Manoliu, avec lequel il joue dans plusieurs capitales européennes. En 1955, il est nommé premier violon de l'Orchestre symphonique de Bâle. Après ces importants développements dans sa carrière, il n'abandonne cependant pas la scène musicale prévôtoise. Un événement qui reste particulièrement imprimé dans la mémoire locale de Moutier est la présentation de l'Enfance du Christ, œuvre de Hector Berlioz, en mars 1957 avec la participation de quatre chœurs de la ville, le chœur des jeunes filles de l'Ecole secondaire, l'Orchestre du Foyer, plusieurs musiciens professionnels et R. au pupitre.
Au niveau international, il se présente au Wigmore Hall à Londres en 1971 pour interpréter des œuvres de Franck, Fauré et Debussy, accompagné du pianiste ajoulot Gérard Wyss, ce qui leur vaut une critique favorable dans le Daily Telegraph. Aux Etats-Unis, il fait partie de l'Orchestre international de Washington pour une tournée dans plusieurs villes américaines.
En octobre 1976, on le retrouve encore une fois dans sa ville natale, cette fois pour diriger l'Orchestre du Foyer, renforcé par le chœur de l'école secondaire et les élèves de l'école de danse Fabienne Greppin pour présenter Le Jeu du Feuillu d'Emile Jacques-Dalcroze lors de la 5e Braderie de Moutier.
Membre de la Société jurassienne d'Emulation de 1960 à 1969. Lauréat du Prix de Musique du Canton de Berne en 1981.

Kiki Lutz, 3/05/2018

Bibliographie

www.chronologie-jurassienne.ch (consulté le 28.9.2017)
François Kohler, «Chronologie Jurassienne», ASJE 1982, p. 208
«Liste des démissions», ASJE 1969, p. 362
«Liste des nouveaux membres», ASJE, 1960, p. 371
«Le miroir de la vie jurassienne: 1949», ASJE, p. 185
Jean Rérat, «Fernand Racine, artiste-né», La Gazette de la région, 10 février 2016, p. 30-31
Verwaltungsbericht der Erziehungsdirektion des Kantons Bern. Für das Jahr 1948, p. 92, www.e-periodica.ch (consulté le 28.9.2017)
Verwaltungsbericht der Erziehungsdirektion des Kantons Bern. Für das Jahr 1955, p. 93,  www.e-periodica.ch (consulté le 28.9.2017)
Informations transmises par Jean Rérat, Musée du tour automatique et d'histoire (12.02.2016 et 29.09.2017)