Billieux-Faber, Marie Marguerite Françoise Victoire (1725-1806)

A institué la Fondation Billieux-Faber, qui existe encore aujourd’hui et encourage la formation des jeunes gens domiciliés dans le district de Porrentruy.
Née le 11 juillet 1725 à Porrentruy, fille de Jean François Nicolas Faber, médecin du prince-évêque de Bâle et de la Cour à Porrentruy, et de Marie Thérésine Marchand. Épouse le 27.11.1743 Ursanne François Conrad Billieux (1718-1790), docteur en droit, lieutenant de St-Ursanne et conseiller aulique du prince-évêque de Bâle, fils d’Ursanne, maire de St-Ursanne, et d’Anne Marie Bassand. Décédée le 21 mai 1806 dans sa 81e année, enterrée à Fontenais.
Seule héritière de ses parents, sans enfants, alliée à la riche famille Billieux (elle a aussi hérité des biens de son mari), B. se trouve à la tête d’une fortune considérable (plus de 220 000 francs) au moment de son décès. Elle possède une maison à la Grand-Rue à Porrentruy, une à l’Allée des Soupirs, trois autres à Fontenais, dont le « château » que son père avait fait construire en 1740, et diverses métairies dans la prévôté de Saint-Ursanne et aux Franches-Montagnes – sans compter de nombreux biens fonciers en Ajoie et ailleurs. Ne se reconnaissant pas de parenté directe, elle nomme dans son testament des administrateurs chargés d’affecter les revenus de la majeure partie de sa fortune « à l’éducation de jeunes personnes de l’un et de l’autre sexe, de bonne conduite, vie et mœurs et de la religion catholique apostolique et romaine, d’ailleurs pauvres et peu fortunés, pour leur apprendre des arts, métiers ou professions, ou pour étudier à pouvoir embrasser l’état ecclésiastique ». Les premiers administrateurs sont Louis (ou Aloyse) de Billieux, ex-custode du chapitre de St-Ursanne, son frère Ignace de Billieux, ex-chanoine de Moutier-Grandval, Joseph Verneur le jeune, prêtre à Porrentruy, et Jean Pierre Joseph Jacquet, colonel des dragons de la Reine du Royaume d'Italie (proche de B., il hérite d’ailleurs de la maison à Porrentruy). Mais invoquant un vice formel du testament, des parents éloignés forment opposition, parmi lesquels Joseph Alexis Bennot, juge au tribunal civil de Delémont (branche paternelle), le peintre François Ignace Tavanne et le curé d’Alle, François Ferdinand Demange (branche maternelle). Un décret impérial du 31 mai 1807 autorise pourtant le Bureau de bienfaisance de Porrentruy à accepter la donation Billieux-Faber. Le 25 déc. 1807, la Cour spéciale de Besançon reconnaît toutefois les héritiers présomptifs comme partie intéressée. Finalement, par la transaction du 18 sept. 1809, les héritiers abandonnent au Bureau de bienfaisance de Porrentruy et à la Fondation Billieux-Faber une somme de 60 000 francs.

Damien Bregnard, 21/11/2018

Fonds d'archives

Archives de l’ancien Évêché de Bâle (AAEB), J 142 : Fonds Koitka Sabine (succession de Marguerite Billieux-Faber). Contient notamment l’inventaire après décès des biens de B., mai - juin 1806, dont un autre exemplaire se trouve aussi sous la cote Not. 1257 (notaire Jean Georges Quiquerez), n° 647
AAEB, Not. 1257 (notaire Jean Georges Quiquerez), n° 645 : Testament de B., 16 mai 1806, enregistré à Porrentruy le 24 mai
AAEB, AP 8 : Registres de correspondance du sous-préfet de l’arrondissement de Porrentruy du dép. du Haut-Rhin
Archives cantonales jurassiennes (ArCJ), 127 J : Fondation Billieux-Faber (1806-1995). Notamment : 127 J 1, Testament de B. ; 127 J 7, Inventaire des biens de B.
ArCJ, Fichier généalogique d’André Rais
Cercle généalogique de l’ancien Évêché de Bâle : dépouillements des registres d’état civil et paroissiaux, accessibles en ligne (consulté le 2.11.2018)
Chronologie jurassienne en ligne, page Fondations de Porrentruy (consulté le 2.11.2018)

Bibliographie

François Noirjean, « Billieux [de] », dans le Dictionnaire historique de la Suisse, 15.2.2017