Juragai, association LGBTIQ* de l’arc jurassien

Juragai, association LGBTIQ* de l’arc jurassienFondée en 1999, l’association Juragai a pour but de proposer une structure d’accueil, d’écoute, d’information et de rencontre pour les personnes LGBTIQ* (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, intersexes, queers) dans le canton du Jura, le Jura bernois et Bienne. Elle est également active dans la prévention des IST (infections sexuellement transmissibles) et s’investit dans des campagnes politiques en rapport avec les droits des personnes LGBTIQ*. Juragai dispose d’un local à Delémont. Ancienne appellation : Juragai, association homosexuelle mixte de l’Arc jurassien.

Création de l’association
Lors de la création de Juragai en 1999, le Jura est le dernier canton de Suisse romande sans association homosexuelle. C’est suite à une annonce parue dans le journal 360° (créé en 1998 à Genève et dédié à l’actualité LGBTIQ* en Suisse romande) que les Jurassien·ne·s Nicole Béguin et Pascal Maurer (du Groupe Sida Jura) ainsi que le genevois Yves de Matteis (alors secrétaire de Pink Cross, association faîtière des organisations gays en Suisse) créent l’association Juragai et rédigent ses statuts, le 24 avril 1999. Une assemblée constitutive réunissant une trentaine de personnes a lieu lors de la Pride de Fribourg, le 3 juillet 1999. Une partie des bénéfices de la Pride est versée en soutien à Juragai, selon la décision unanime des associations homosexuelles romandes de l’époque. La première motivation de Juragai est de créer un réseau et des possibilités de rencontre entre des personnes homosexuelles dans le Jura. Comme l’indique un témoignage anonyme publié le 5 mai 1999 dans le Quotidien Jurassien, il est alors difficile de s’« outer » (vivre publiquement son homosexualité) dans le canton : « [Yves de Matteis observe que les] homosexuels jurassiens ont souvent peur d’avouer leur situation et éprouvent beaucoup de difficulté à en parler, comme dans la plupart des régions rurales (…) il n’est pas évident de supporter la manière négative dont l’homosexualité est habituellement présentée. »

Premières années : un local pour se rencontrer
Au cours des premières années, Juragai développe un réseau de solidarité et d’écoute ainsi qu’un lieu de rencontre et de sociabilisation pour les personnes gays et lesbiennes dans le Jura. Une première étape est franchie à l’initiative d’un restaurateur, qui ouvre le 1 octobre 1999 le King’s Bar, un bar gay mixte à la rue de l’Hôpital 19 à Delémont. Après la fermeture du bar en 2000, l’association obtient son premier local en 2002, sous un garage à la rue de l’Industrie, non sans difficultés. Les membres du comité de l’époque se souviennent de réticences de la part des propriétaires, mais aussi de leur propre autocensure. L’association déménage dans de nouveaux locaux mis à disposition par la commune de 2003 à 2010 à la route de Bâle (ancienne galerie Focale 18) ; s’ensuivent quelques années en zone industrielle avant l’emménagement, dès 2015, à la Rue de l’Église, toujours à Delémont. Cet ancrage permet à Juragai d’organiser régulièrement des rencontres, des permanences d’écoute, des actions de sensibilisation et de prévention de même que des soirées récréatives et des rencontres entre membres et non-membres. Elle héberge également une bibliothèque et une DVD-thèque.

Organisation des Pride de 2003 et 2012 à Delémont
En 2003 et 2012, des membres de l’association Juragai organisent deux Pride (anciennement « Gay Pride ») à Delémont, qui contribuent à faire évoluer les représentations des personnes gays et lesbiennes dans le Jura. Ces « marches des fiertés » ont pour ambition de donner une visibilité aux personnes LGBTIQ* et de revendiquer la liberté et l’égalité de toutes et tous, quelle que soient leur orientation sexuelle et identité de genre. La première Pride, qui a lieu du 5 au 6 juillet 2003, est placée sous le thème « simplement faiRE connaissance » et rassemble près de 10'000 personnes à Delémont, tant des personnes concernées venues de toute la Suisse et d’Europe que des Jurassien·ne·s venant y assister en tant que public. Selon ses organisateur·ice·s, cet événement marque un véritable tournant puisque, pour la première fois, des personnes LGBTIQ* investissent l’espace public dans le Jura. Les contacts tissés sur plus d’une année lors de la phase d’organisation sont également déterminants. Le projet est accueilli de manière positive et soutenu par de nombreux locaux, mis à part un groupe d’opposant·e·s issu des églises chrétiennes fondamentalistes, qui organise un week-end de béatification de la famille à Glovelier. Le 30 juin 2012, une deuxième Pride est organisée selon le même mode, sous le thème « échanger et changer ». Plus de 3000 personnes défilent dans les rues du chef-lieu dans une ambiance festive, et une exposition intitulée « Jeunes Versus Homophobie » est organisée dans les écoles du secondaire II.

Activités de prévention et campagnes politiques
Depuis 2012, Juragai participe aux campagnes bisannuelles de prévention et de dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST) initiées par l'Aide Suisse contre le SIDA. À cette occasion, Juragai propose des dépistages des principales IST, en collaboration avec le Groupe SIDA Jura et le Centre de Santé Sexuelle – planning familial Jura. Parallèlement à ses activités de sensibilisation, Juragai s’investit dans plusieurs campagnes politiques en tenant des stands d’information et en s’exprimant dans les médias. En 2005, l’association milite en faveur de la Loi sur le partenariat enregistré entre personnes de même sexe (LPart), qui permet le « pacs », c’est-à-dire l’union civile mais sans les mêmes droits que les couples hétérosexuels (notamment en ce qui concerne l’adoption et la procréation médicalement assistée). Accepté à 58% des voix au niveau national, le texte est néanmoins refusé dans le Jura (avec 50,8% de « non ») et dans le Jura bernois (54,6% de rejets), en particulier dans les communes où la culture catholique et les communautés évangéliques sont fortement ancrées et prônent une vision traditionnelle de la famille. Quinze ans plus tard, la modification du code pénal pénalisant l’homophobie est en revanche acceptée sans grandes résistances, avec 73,8% des voix dans le Jura (63,09% au niveau fédéral). Plus de 20 ans après la création de Juragai, la votation du 9 février 2021 sur le « Mariage pour tous » est une nouvelle victoire (61,13% de « oui » dans le Jura, et 64,1% au niveau fédéral). Les membres de l’association constatent en outre une augmentation du nombre de jeunes militant·e·s qui s’engagent sur ces questions.

Publications et membres
En 1999 et 2000, l’association publie 3 numéros du magazine Juragai Mag. Depuis 2003, un Bulletin d’informations de l’association paraît six fois par année. Au moment du vingtième anniversaire de l’association, en 2019, Juragai compte 130 membres cotisants, venant pour la plupart du Jura, du Jura bernois et de Bienne, et âgés de 18 à 85 ans. Depuis sa création, l’association est au ¾ composée d’hommes. Le comité, constitué de 8 personnes en 2019, comprend des membres actif­·ve·s depuis de nombreuses années (1999, 2001) ou qui ont plus récemment adhéré à l’association (2016, 2018, 2019). Au total, 23 personnes se sont succédé au comité.

Réseau associatif au-delà du Jura
Depuis ses débuts, Juragai s’inscrit dans un vaste réseau d’associations LGBTIQ* de Suisse. Essentiellement focalisée sur le Jura et le Jura bernois, l’association Juragai englobe aussi Bienne dans son champ d’action. Quelques-un·es de ses membres sont impliqué·e·s dans l’organisation d’une Pride à Bienne en 2008. En 2019, une nouvelle association (Queer Bienne) est fondée dans la cité seelandaise, et le message de tolérance est repris par le Conseil municipal biennois, qui lance en février 2022 une campagne visant à lutter contre l’homophobie et la transphobie dans l’espace public, intitulée « Divers BielBienne ».


Anne-Valérie Zuber, 10/03/2022
Dernière modification: 17/06/2022

Bibliographie

Juragai, Statuts, 04.09.2020. https://www.juragai.ch/?page_id=690 (consulté le 10.01.2022)
Juragai, Plaquette pour les 20 ans de l’association , 2019
QueerBienne, Statuts, https://queerbienne.ch/fr/statuts/ (27.11.2019)
« Sortir l’homosexualité de l’ombre » et « Deux homosexuels jurassiens témoignent de leur grand isolement », in Le Quotidien Jurassien, 5 mai 1999
Serge Jubin, « 5 et 6 juillet à Delémont, rassemblement annuel des homosexuels. Le Jura, pays ouvert à la gay pride », in Le Temps, 23,06.2003, https://www.letemps.ch/suisse/5-6-juillet-delemont-rassemblement-annuel-homosexuels-jura-pays-ouvert-gay-pride (consulté le 16.02.2022)
« La Gay Pride défile dans les rues de Delémont », in RTS, 5 juillet 2003 https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/la-gay-pride-defile-dans-les-rues-de-delemont?urn=urn:rts:video:1467888 (consulté le 16.02.2022)
Serge Jubin, « Le refus du pacs réunit les Juras », 7 juin 2005, https://www.letemps.ch/suisse/refus-pacs-reunit-juras (consulté le 25.02.2022)
« Des milliers de personnes ont défilé pour la deuxième Gay Pride à Delémont », in RTS, 30 juin 2012. https://www.rts.ch/info/regions/jura/4108770-des-milliers-de-personnes-ont-defile-pour-la-deuxieme-gay-pride-a-delemont.html (consulté le 16.02.2022)
« Mesures pour lutter contre l’homophobie et la transphobie dans l’espace public : la Ville lance la campagne « divers BielBienne » », in Ville de Bienne, 4 février 2022. https://www.biel-bienne.ch/fr/details.html/29/news/2887 (consulté le 16.02.2022)
Katy Romy, « LGBTIQ : la Suisse rattrape son retard », in Swissinfo, 28 septembre 2021, https://www.swissinfo.ch/fre/lgbtiq-suisse-rattrape-son-retard-homosexualit%C3%A9/45810106 (consulté le 25.02.2022)
« Votations fédérales : les résultats dans le Jura », in RFJ, 26 septembre 2021, https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20210926-Votations-federales-les-resultats-dans-le-Jura.html (consulté le 25.02.2022)

Informations transmises par les membres du comité Nicole Béguin et Régis Froidevaux (10.02.2022 et 25.02.2022).

Iconographie

Juragai à la Pride de Lugano, 2018. Source : Nicole Béguin. Libre de droits.

Lien: http://https://www.juragai.ch/