F | D

Viatte, Gérard (1905-1969)

De Saignelégier. R.P. de l'Oratoire de France, professeur et intellectuel né le 5 août 1905 à Porrentruy. Décédé le 7 février 1969 à Paris, inhumé au cimetière du Père Lachaise. Fils de Germain Viatte (décédé en 1927) et de Marie née Joos, frère d'Auguste Viatte et neveu de Louis Viatte et de l'abbé Emile Joos. Maturité classique à l'Ecole cantonale de Porrentruy (1923). Etudes de philosophie à l'Université de Fribourg et, dès mai 1924, à l'Institut catholique de Paris, tout en poursuivant également des études à la Sorbonne. Parallèlement, il se forme en théologie au Séminaire de Saint-Sulpice à Paris et pendant six mois à Lucerne (octobre 1928-mars 1929). En avril 1929, il entre au noviciat de la Congrégation de l'Oratoire, à Montsoult (près de Paris). Ordonné prêtre le 6 juillet 1930. Professeur de philosophie au noviciat de Montsoult (1930-1933), période déjà émaillée de quelques arrêts dus à la maladie. Il oriente ensuite ses recherches vers des questions de psychologie et de pédagogie de la vie morale et religieuse. Cet intérêt le conduit à Vienne (1934) où il s'initie à la psychanalyse. Il en revient convaincu que des études de biologie générale pourraient donner un cadre aux acquisitions de la psychanalyse. Après avoir officié comme vicaire français à Bâle et maître de religion à l'Ecole française de Bâle (septembre 1934-1935), il part pour Marseille étudier la biologie (la guerre interrompt ces études), à côté de son travail d'enseignant. Sa carrière professorale le conduit successivement à Marseille (1935-1939), puis à La Baule (1939-1940). Suite aux événements de 1940, il fonde une école en plein air à Villard-de-Lans (dans l'Isère, « Ecole de Montagne » dans le Vercors), où il reste jusqu'en 1942, pour ensuite enseigner à Sainte-Agnès (Isère, 1942-1943). On vient alors l'y chercher pour le nommer professeur de philosophie des sciences aux Facultés catholiques de Toulouse (octobre 1943-1952), notamment à la Faculté libre de philosophie de l'Université catholique de Toulouse. Parallèlement, il poursuit ses études puis ses recherches en biologie à la Faculté des sciences de Toulouse, puis au Laboratoire de l'évolution des êtres organisés du CNRS, à Paris, tout en étant encore aumônier provincial des scouts. En 1952, des raisons familiales le ramènent à Porrentruy où il séjourne régulièrement jusqu'à la mort de sa mère, en 1957. Cette même année, il est l'initiateur, avec son frère Auguste, de l'Université populaire jurassienne (UP). Dès 1957, V. fait partie de l'équipe pastorale de la Communauté sacerdotale de Saint-Séverin-Saint-Nicolas (dans le Quartier latin, Paris Ve), « paroisse-choc » exerçant, en plus des activités courantes d'une paroisse, un ministère particulier auprès des étudiants et des marginaux, et au sein de laquelle il jouissait d'un certain prestige, notamment dans les milieux intellectuels et artistiques. Son enseignement et ses recherches sont alors consacrées à l'oecuménisme. Dans ce cadre, G., polyglotte, est envoyé dans divers pays germaniques et scandinaves (il apprend alors le suédois), ainsi qu'en Italie, en Europe centrale, en Tunisie, aux Etats-Unis et au Canada. Il publie de nombreux articles et mémoires scientifiques dont, notamment, Progrès et incertitudes de l'éducation nouvelle (collectif, Presses Universitaires de France, 1953). Ses cours de biopsychologie de la vie morale et religieuse et de formation oecuménique ont paru sous les titres Oecuménisme et Morale et biopsychologie (Casterman, 1964).

Auteur·trice du texte original: Emma Chatelain et Philippe Hebeisen, 15/11/2005

Dernière modification: 02/11/2011

Fonds d’archives

ARCJ (Porrentruy) : 121 J, Fonds Gérard Viatte (bibliographie complète dans l'inventaire du fonds)

Bibliographie

Eugène Folletête, « Rauracia sacra. Deuxième partie », in Actes SJE, 38, 1933, p. 122

Edmond Guéniat, « La Science au XXe siècle », in Pierre-Olivier Walzer (dir.), Anthologie jurassienne, t. 2, Porrentruy : SJE, 1965, pp. 485-486

Le Pays, 11 février 1969

Anthologie de la littérature jurassienne 1965-2000, Porrentruy : SJE ; Bienne : Editions Intervalles, 2000, p. 645

Suggestion de citation

Emma Chatelain et Philippe Hebeisen, «Viatte, Gérard (1905-1969)», Dictionnaire du Jura (DIJU), https://diju.ch/f/notices/detail/2647-viatte-gerard-1905-1969, consulté le 24/06/2024.

Catégorie

Biographie
Biographie

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En continuant à naviguer, vous acceptez notre utilisation des cookies.