Ecole supérieure de commerce de Saint-Imier

A l'origine, l'Ecole de commerce de Saint-Imier est une section de l'Ecole secondaire (fondée en 1860). Elle ouvre ses portes le 9 avril 1907.

C'est en décembre 1905 que quelques citoyens de Saint-Imier évoquent pour la première fois l'idée d'une école de commerce à Saint-Imier. Une commission est nommée en janvier 1906 comportant Emile Cuttat (président), Camille Frossard (secrétaire), Pierre César, Jean Aeschlimann, Jacques Ségal, Baptiste Savoye, Jean Wolfender, Fritz Hauert fils et Louis Jaquet. Quelques semaines plus tard, le président de la société des commerçants, Jules Girard-Ferazzini, y est adjoint. Le 10 juillet 1906, le rapport de la commission est remis au Conseil municipal. En août 1906, la Direction de l'Intérieur du canton de Berne se prononce favorablement et permet ainsi l'ouverture de la section commerciale de l'école secondaire de Saint-Imier, avec des fonds provenant de la commune, du canton et de la Confédération (Département fédérale du commerce). La première sous-commission est nommée (qui dépend de la commission de l'école secondaire) : Emile Cuttat (président), Camille Frossard (secrétaire), Baptiste Savoye, Jean Wolfender, Jean Aeschlimann. Le directeur de l'école secondaire, Camille Frossard prend aussi la direction de l'école de commerce. Dès 1920, l'école de commerce devient une section supérieure de l'école secondaire et est dirigée par un proviseur, Maurice Merkt, à qui succède Paul Huguenin-Elie en 1926 et finalement Jean-Robert Pauli. Avec l'arrivée à la tête de l'école secondaire d'Ernest Vauclair, l'école de commerce va connaître encore moins d'indépendance qu'elle n'en avait jusque-là. Cette situation est encore soulignée par l'installation de l'école de commerce dans les locaux de l'école secondaire en 1923. La création de la société d'étudiants Commercia Ergueliana en 1936 est aussi en partie liée à cette situation puisqu'un de ses buts est notamment la reconnaissance du statut d'étudiants aux élèves de l'école de commerce et non de simples élèves secondaires.
En outre, jusque dans les années 1980, les professeurs de l'école de commerce sont ceux de l'école secondaire, excepté pour les branches commerciales. Ce n'est finalement qu'en 1982 qu'un directeur unique pour l'école de commerce est nommé et qu'en 1993 qu'une commission indépendante voit le jour.

Deux éléments permettent notamment à l'Ecole de commerce de Saint-Imier de garder ses effectifs. Premièrement, dès 1988, l'école est ouverte aux étudiants alémaniques. Dix ans plus tard, ils sont assez nombreux pour former une classe comptant uniquement des élèves de Suisse allemande. Deuxièmement, dès 1999, l'Ecole de commerce collabore avec ses homologues de Bienne et de La Neuveville (notamment sur les conditions d'admission, les examens et les effectifs).

Dès août 2002, suite à l'adoption de la nouvelle loi fédérale sur la formation professionnelle, l'Ecole de commerce développe un projet pilote dans lequel les étudiants passent un tiers de leur temps dans un bureau de formation en dehors de l'école. Après trois ans de ces études, l'étudiant obtient un certificat de l'école, un CFC et une maturité professionnelle commerciale (qui nécessite trois ans d'études suivis d'une année de stage dans un cursus normal).

Au 1er août 2010, l'école est intégrée au Centre de formation professionnelle Berne francophone (ceff). A la rentrée 2012, elle fermera ses portes, la Direction de l'instruction publique du canton de Berne ayant décidé de ne garder plus qu'un seul site pour le domaine commercial, soit Tramelan.

Emma Chatelain, 12/02/2008
Dernière modification: 12/03/2012

Fonds d'archives

Mémoires d'Ici (Saint-Imier), documentation, dossier « Saint-Imier, écoles »

Bibliographie

Paul Flotron, Cinquantenaire de l'Ecole supérieure de commerce, Saint-Imier, Saint-Imier, 1957
Edgar Desboeufs, Ecole supérieure de commerce, Saint-Imier. 1907-1982, Saint-Imier, 1982
Jean Luc Berberat, Ecole supérieure de commerce, 1907-2007, Saint-Imier, 2007
Les écoles publiques professionnelles et secondaires supérieures du Jura bernois, édité par l'ADIJ, Delémont, vers 1935, pp. 17-19
http://www.be.ch/portal/fr/index/mediencenter/medienmitteilungen/suche.meldungNeu.html/portal/fr/meldungen/archiv/archiv1/mm_8711 (12.3.2012)
http://www.be.ch/portal/fr/index/mediencenter/medienmitteilungen/suche.meldungNeu.html/portal/fr/meldungen/archiv/archiv8/mm_9785 (12.3.2012)

Lien: http://www.esc-st-imier.ch/