Kohler, Désiré (1814-1867)

De Porrentruy. Né le 31 mai 1814 à Porrentruy. Baptisé le même jour à l’église Saint-Pierre. Décédé le 17 janvier 1867. Fils de Joseph Antoine Dominique, dit Antoine Kohler, et de Marie Françoise Catherine Joliat. Frère d'Adrien Kohler, de Marie Joséphine Antoinette Kohler, alliée Desboef (1812-1878), et de Marie Madeleine Françoise Kohler, dite Fanny, alliée de Lestocq (1817-1875) ainsi que de Marie Anne Agathe Cécile Kohler (1817-1822). Cousin de l'homme de lettres et co-fondateur de la Société jurassienne d’Émulation (SJE) Xavier Kohler et beau-frère de Jules de Lestocq. Célibataire.
Variantes du nom : Marie Louis Désiré Kohler.
Écoles et collège (1825-1831) à Porrentruy, puis études de droit à l'Université de Strasbourg (1834-1837), d'où l’étudiant modèle revient une licence en poche (1837). Patente d'avocat délivrée par la Cour suprême du canton de Berne en 1841. En 1842, il tente de se soustraire au dernier moment au sort prédéfini d’une carrière d’avocat – un métier qu’il considère comme contraire à son naturel malgré ses succès universitaires – en s’enfuyant de la maison paternelle. La fuite échoue, et il se résigne à devenir avocat, et même « l’un des meilleurs juristes du Jura » (selon Le Courrier du Jura en 1858). K. s'établit donc à Porrentruy, d'abord comme collaborateur de son père, dont il reprend l'étude en 1856. La discipline rigoureuse à laquelle il semble se soumettre quotidiennement lui vaut le surnom du « Respectable » dans son entourage. Il n'en consacre pas moins ses loisirs au dessin et à la peinture. En 1856, il est nommé au Comité du chemin de fer par Porrentruy. En 1857, il est chargé de rédiger la révision du Code civil bernois.
K. côtoie Joseph Trouillat à l'école primaire (1820-1822) puis en différentes circonstances, notamment à la Commission des écoles primaires de Porrentruy, au Conseil municipal (1848-1852), au Grand Conseil bourgeois (1843-1847) ou encore au Comité pour les chemins de fer d'Ajoie (1856). K. siège également au Petit Conseil bourgeois (1845-1856).
Avocat brillant, il est également un caricaturiste et polémiste redouté qui prend part aux luttes politiques de son époque. Il gagne en notoriété quand il gifle, en 1853, son adversaire Xavier Elsaesser lors d’une audience devant le tribunal de Porrentruy pour se venger d’une insulte reçue antérieurement. S’ensuit un long litige juridique entre les deux partis, qui coûtera cher en amendes, indemnités et frais juridiques, mais qui lui apportera une certaine célébrité. G. est élu député au Grand Conseil bernois en 1854 sur une liste d’entente modérée présentée par un « Comité libéral conservateur de la campagne ». Il y siégera jusqu’en 1862. En 1854, il est aussi nommé président du tribunal de Porrentruy mais renonce à ce mandat et accepte à la place celui de vice-préfet du district de Porrentruy, octroyé par le Conseil-Exécutif.
Membre fondateur de la Société jurassienne d'Émulation (SJE) (1847). A l’armée, qu’il intègre sur le tard à l’âge de 34 ans, il est promu jusqu’au grade de premier lieutenant et aide-major.
Excellent cavalier, il meurt pourtant des suites d'une chute de cheval survenue probablement au mois de novembre de l’année précédente.

Philippe Hebeisen, 24/08/2005
Dernière modification: 14/12/2021

Bibliographie

Gustave Amweg, Les Arts dans le Jura bernois et à Bienne, tome 1, Porrentruy, 1937, pp. 354-355 / 439
G. Boinay, « Désiré Kohler », in Le livre du centenaire 1847-1947, Porrentruy, SJE, 1947, pp. 192-194
www.chronologie-jurassienne.ch (consulté le 09.11.2021)
Benoît Girard, « Trois caricatures bruntrutaines de 1840 : la griffe de Désiré Kohler », in Jurassica, 15, 2001, pp. 42-48
Benoît Girard (éd.), Vie politique et sociale à Porrentruy à l’époque de la régénération. Le journal de Désiré Kohler (9 novembre 1838 – 24 octobre 1842), Neuchâtel : Editions Alphil, 2015
François Noirjean et Michel Hauser, Un homme, une maison : hommage à Xavier Kohler, Porrentruy, 1991, pp. 7-8
D. Prongué, Joseph Trouillat, un itinéraire entre politique et histoire, 1815-1863, Fribourg, 1998, p. 560


Texte actualisé par Kiki Lutz (07.12.2021)