Deutsch

Association pour la Défense des Intérêts du Jura (ADIJ)

Créée en 1925 à l’initiative de personnalités et de collectivités publiques, l’Association pour la Défense des Intérêts du Jura (ADIJ) a pour but de s’occuper du développement économique des sept districts du Jura bernois.
Son périodique qui s’intitule aujourd’hui Défis a porté successivement les noms suivants : Les intérêts économiques du Jura (1930-1941), Les intérêts du Jura (1942-1978) et Les intérêts de nos régions.
En 1979, malgré la division du Jura, elle décide de conserver son but initial, soit la défense des intérêts des sept districts jurassiens (néanmoins, dès les années 1980, le district de Laufon comme la ville de Bienne ne sont plus représentés au sein des membres de l’ADIJ). L’ADIJ réussira à se maintenir mais au prix d’une importante mutation au cours d’un processus dont on peut dégager trois étapes :

1
) 1975-1981
L’ADIJ, alors à l’apogée de son importance, voit son statut remis en question par la séparation du Jura en deux. Cette période est néanmoins marquée par une volonté de maintien dont la décision est prise en 1979 qui va conduire à la mise sur pied d’un programme de restructuration accepté à Moutier en 1981.

2
) 1981-1992
Les années 1980 représentent une période de transition assez difficile. L’ADIJ doit se restructurer pour pouvoir démontrer la pertinence du choix de 1979 alors que la situation politique, financière et sociale est assez défavorable. L’aide financière est notamment fortement diminuée. En 1975, l’ADIJ est reconnue d’utilité publique par le canton de Berne et donc subventionnée, ce qui lui permet d’avoir un budget de l’ordre de 300'000.-. Depuis 1980, les subventions du canton de Berne ont complètement cessées (puisqu’il ne reconnaît plus l’utilité publique de l’ADIJ, décision prise sans aucune consultation ni information préalables) tout comme celles du canton du Jura qui, dès 1985, a renoncé à tout soutien régulier aux associations économiques. L’ADIJ devient ainsi une association privée qui vit alors des cotisations et du revenu de ses activités. La conséquence en est, dès 1985, des comptes déficitaires

3
) 1992-2000
La transformation est achevée, les structure dirigeantes ont été nettement allégées, et l’ADIJ retrouve une certaine stabilité ce qui lui permet de lancer de nouveaux projets. De 1975 à 1999, l’ADIJ perd 60 % de ses membres individuels, ce qui est dû notamment à un retrait des membres du Jura bernois. En 2003, l'ADIJ change de nom et s'appelle désormais l'Association pour le Développement et l’Initiative dans l’Arc Jurassien. Aujourd’hui, son siège est au secrétariat et ses activités ont été recentrées sur la formation permanente des cadres, l’informatique et les travaux statistiques.

Emma Chatelain et Philippe Hebeisen, 13/01/2006
Dernière modification: 11/10/2013

Fonds d'archives

Mémoires d'Ici (Saint-Imier), Documentation, dossier « Association pour la Défense des Intérêts du Jura »

Bibliographie

Pierre-Alain Gentil, « ADIJ », in Bernard Prongué (dir.), Le canton du Jura de A à Z, Porrentruy, 1991, p. 47
Laurence Marti, « ADIJ 1975-2000. Evolution d'une grande association jurassienne », in ASJE, 2000, pp. 293-347
Les intérêts du Jura : bulletin de l'Association pour la défense des intérêts du Jura, n° 12, décembre 1972, pp. 245-246 ; n° 3, mars 1973, p. 31-33 ; n° 6, juin 1973, p. 114 ; n° 4, avril 1974, pp. 83-85 ; n° 11, novembre 1978, pp. 320-322 ; n° 12, décembre 1978, p. 344
Les intérêts de nos régions : bulletin de l'Association pour la défense des intérêts du Jura
, n°4, avril 1979, p. 108 ; n° 5, mai 1979 ; n° 4, avril 1980 ; n° 5, mai 1980 ; n° 2, juin 1981, pp. 34-46
Les intérêts de nos régions : bulletin de l’Association pour la défense des intérêts jurassiens, n° 3, octobre 1981, pp. 57 et 78 ; n° 4, novembre 1981, p. 82

Lien: http://www.adij.ch/