Savoye, Maurice (1881-1965)

Originaire du Locle et des Planchettes, nommé bourgeois d'honneur de Saint-Imier en 1927. Né à Saint-Imier le 6 octobre 1881. Décédé à Saint-Imier le 13 novembre 1965. Fils de Baptiste Savoye. Epouse Marthe Verdan. Père de Frédéric Savoye. Administrateur-délégué de la Compagnie des montres Longines.
Après des études à l'Ecole d'horlogerie et de mécanique de Saint-Imier (1896-1898), S. effectue un stage au sein des Longines, à Saint-Imier et à Berlin. Il travaille ensuite deux ans dans une maison de commerce de Londres. En 1902, il entre au sein des Longines. En 1909, il en est nommé fondé de pouvoir et, en 1915, il devient membre du conseil d'administration et directeur commercial. En 1927, il est nommé administrateur-délégué et président du conseil d'administration. En 1949, il accède au nouveau poste de directeur général. Il développe les institutions sociales de la manufacture.
Membre du conseil de la Banque Fédérale SA, mais surtout du conseil de la Banque nationale suisse (1927), membre du conseil de la Chambre suisse du commerce et de l'industrie (1931-1946), membre du comité de la Chambre cantonale bernoise du commerce et de l'industrie (siège de nombreuses années au sein du comité central), S. siège encore à la Chambre suisse du commerce et de l'industrie (Zurich). Il prend également une part active dans les associations horlogères, étant membre de l'assemblée générale des délégués de la Chambre suisse de l'Horlogerie (1922-1952) et de son comité central (1931-1947) ainsi que de sa commission financière (dès 1931) ; membre du conseil d'administration (dès 1914) puis du comité directeur (1937-1951) de son organe, l'Information horlogère. S. siège plusieurs années au conseil d'administration de la Société générale de l'horlogerie suisse (ASUAG). Enfin, il siège encore dans les conseils d'administration de la Société suisse d'assurance pour le mobilier, de la Société des forces électriques de La Goule (président 1942-1944), membre du comité locale de la Banque cantonale de Berne.
Président des Assemblée délibérantes du Parti libéral-radical de Saint-Imier.
Membre du groupe Chasseral du Club alpin suisse depuis 1903, président de 1909 à 1918, puis membre d'honneur. Président d'honneur de la société de tir et de l'Association des Colonies de vacances du district de Courtelary. Membre d'honneur du Corps de musique de Saint-Imier, de la section de Saint-Imier de la Société fédérale de gymnastique et de celle de l'Association suisse des Sous-Officiers. Membre fondateur (1903) et membre d'honneur du Ski-Club de Saint-Imier. Membre de la section de St-Imier de la Société suisse des officiers.
A l'armée, S. est capitaine. En 1914, il est adjudant du Rgt Inf. 9, il est ensuite nommé major (1918), cdt. du Bat. 22 (1920), lieutenant-colonel (1925) et colonel (1931). De 1926 à 1929, il commande le Régiment d'infanterie 9. En 1938, il est appelé à l'Etat-Major général de l'armée suisse, au poste de chef de la Section des prisonniers et internés.

Emma Chatelain, 26/03/2007
Dernière modification: 26/09/2018

Fonds d'archives

Mémoires d'Ici (Saint-Imier), Fonds Le Jura bernois 1874-1998.

Bibliographie

André Francillon, Histoire de la fabrique des Longines, précédée d'un essai sur le comptoir Agassiz (préface de Bernard Gagnebin), Saint-Imier, 1947, pp. 117, 157, 177
Les 75 ans du Club alpin suisse Section Chasseral, 1891-1966, [Saint-Imier], 1966, p. 151
Jacqueline Henry Bédat, Une région, une passion : l’horlogerie. Une entreprise : Longines, Saint-Imier, 1992, pp. 125, 154
Anne Beuchat-Bessire, Catherine Krüttli, « Maurice Savoye », in Dictionnaire historique de la Suisse [publication électronique DHS], version du 2.11.2009
Le Jura bernois, 17 juin 1961, 15 novembre 1965
Journal Longines, n° 262, 6 décembre 1965, pp. 2-3