Rossel, Jean (1884-1944)

Originaire de Tramelan(-dessus). Né le 19 septembre 1884 à Berne. Décédé le 6 avril 1944 à Lausanne. Fils de Virgile Rossel et d’Hortense née Houriet. Epouse Marthe Tissot (1912).
Enfance à Berne. Etudes de droit à Berne, Lausanne et Paris. Stage d'avocat chez Paul Charmillot à Saint-Imier, brevet en 1908. Docteur en droit de l'Université de Berne (1912), publication de sa thèse de doctorat en 1913, La législation civile de la partie française de l’ancien Evêché de Bâle.
Secrétaire, puis greffier français de la cour suprême du canton de Berne (1908-1910). Président du tribunal du district de Courtelary (1910-1919). De 1919 à 1932, R. est juge à la cour suprême du canton de Berne. Il succède à son père comme juge au Tribunal fédéral en 1932. Victime d’un grave accident vasculaire en octobre 1942, il est alors contraint de donner sa démission.
Auteur notamment de nouvelles éditions, revues et augmentées, du Code civil suisse et code fédéral des obligations (1937, 1943), ouvrage publiés par son père. Président de la section bernoise de la Société jurassienne d’Emulation (SJE).


On lui doit le manuscrit du Journal de mon père, Virgile Rossel (1858-1933) ; suivi de Virgile Rossel dans l'intimité (conférence prononcée à Berne en 1938), éd. par François Noirjean et Antoine Glaenzer, Porrentruy : SJE, 2009, 186 p.

Emma Chatelain, 6/10/2008
Dernière modification: 5/07/2013

Bibliographie

Intervalles n° 81, automne 2008, pp. 245-246
Christine Gagnebin-Diacon, « Jean Rossel », in Dictionnaire historique de la Suisse [publication électronique DHS], version du 14.10.2009
www.bger.ch/judge-federal?objectId=9190 (5.7.2013)