F | D

Routes romaines jurassiennes (archéologie)

Sans reprendre globalement la problématique des voies romaines sur sol jurassien, largement présentée dans l'article de Jean-Daniel Demarez cité en bibliographie, nous proposons ici un simple survol des sites archéologiques qui permettent d'esquisser des axes routiers d'époque romaine.


La Transjurane

De Petinesca (Studen) partait une route pour le Jura. Elle passait probablement par Aegerten, évitait les gorges de la Suze par l'est en passant par la Toise de Saint-Martin (Péry). Plus loin, elle empruntait le resserrement de Tournedos (Sonceboz) et franchissait ensuite le col de Pierre Pertuis (Tavannes) pour arriver à Tavapan (Tavannes). Après le pied nord du col, une bifurcation menait vers Le Fuet, Bellelay, Lajoux, Glovelier et La Caquerelle. La suite du parcours est moins évidente, jusqu'à ce que la route débouche enfin dans la plaine de Porrentruy, après avoir évité le Mont Terri. En effet, un tronçon a été fouillé au Noir Bois (Alle) ainsi qu'à Sous Hermont (Porrentruy). De là, il rejoignait la route allant de Vesontio (Besançon) à Cambete (Kembs) en passant par Epomanduodurum (Mandeure).


Autres voies

D'autres axes routiers sont attestés sur le territoire jurassien, mais aucun tronçon n'est encore présenté dans le DIJU. Ils viennent tous se greffer sur cette voie« transjurane ». Du sud au nord, voici les routes les plus assurées.

- Aux environs de Glovelier, un embranchement vers l'est conduisait à Delémont pour ensuite se diriger vers Augusta Raurica (Augst). Depuis Delémont la voie principale suivait la vallée de la Birse, mais une voie secondaire devait s'en écarter pour passer par Montsevelier et la rejoindre à nouveau à Laufon (Laufen).

- A Alle, vers l'est, une voie semble se diriger en direction de Miécourt et de l'Alsace.

- A Porrentruy, vers l'ouest, une voie devait mener à Pont-de-Roide en passant par Chevenez.

- A Porrentruy, si la voie principale vers le nord menait bien à Mandeure, une alternative plus orientale devait longer la vallée de l'Allaine pour rejoindre la route du Rhin à Delle.


Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les notices suivantes :

- Archéologie

- Epoque romaine.

Auteur·trice du texte original: Ludwig Poget, 17/11/2008

Dernière modification: 05/04/2023

Bibliographie

Claude Juillerat, François Schifferdecker (réd.), Guide archéologique du Jura et du Jura bernois, Porrentruy, 1997

Christophe Gerber, La route romaine transjurane de Pierre Pertuis, Berne, 1997

Laurence-Isaline Stahl Gretsch e.a. (éd.), « Des tailleurs de silex aux souffleurs de verre dans le Jura et le Jura bernois », in Archéologie suisse, 28/2, 2005

Jean-Daniel Demarez, « Les voie romaines dans le Jura », in Lettre d'information du Cercle d'études historiques de la SJE, 35, novembre 2005, pp. 3-10

www.jura.ch (novembre 2008)


Liens :

Courtedoux, voie romaine (service d'archéologie)

Jean-Daniel Demarez, « Courtedoux, voie romaine »

Suggestion de citation

Ludwig Poget, «Routes romaines jurassiennes (archéologie)», Dictionnaire du Jura (DIJU), https://diju.ch/f/notices/detail/6709-routes-romaines-jurassiennes-archeologie, consulté le 29/02/2024.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En continuant à naviguer, vous acceptez notre utilisation des cookies.