Deutsch

Dictionnaire du Jura sur internet, DIJU

Le Dictionnaire du Jura sur internet (DIJU, à l’adresse www.diju.ch) est un projet initié par le Cercle d’études historiques (CEH) de la Société jurassienne d’Emulation (SJE), ouvert au public depuis le 29 octobre 2005, élaboré et conduit dès 2003 sous la houlette notamment de Pierre-Yves Donzé et Alain Cortat. Depuis 2006, c'est Philippe Hebeisen qui est responsable du projet, ce dernièr dépendant directement de la SJE depuis 2015. Le DIJU offre une mine d’informations bilingues (français et allemand) extrêmement variées sur le Jura historique (territoire de l’ancien Evêché de Bâle, soit canton du Jura, Jura bernois, Birseck, Laufonnais et Bâle-Ville). Son financement est assuré principalement par les fonds de loterie cantonaux (Jura, Berne, Bâle-Ville et Bâle-Campagne).
Plus qu’un dictionnaire, il se veut une véritable base de données interactive. Sans corpus prédéfini ni fermé, il peut être continuellement mis à jour et développé. Il présente un éventail de renseignements extrêmement large et varié, sous forme de notices biographique, thématique ou géographique, de notices inédites ou reprenant des éléments déjà publiés dans divers supports parfois difficiles d’accès. Il s’adresse en outre aussi bien au grand public qu’aux spécialistes et est le seul dictionnaire régional du genre en suisse.
Aujourd’hui, il est un outil reconnu par ses pairs et le public, utilisé comme source d’informations dans certaines publications, articles de journaux ou recherches diverses et associé à différentes réflexions sur la lexicographie - dans le cadre par exemple des premières Journées suisses d’histoire à Berne (15-17 mars 2007) ou par sa participation au groupe de travail mis en place au niveau national par le Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) et l’Institut suisse pour l’étude de l’art (SIK ISEA), « Biografien in elektronischen Nachschlagewerken » (2009-2010).
En décembre 2011, il se voit récompensé par le Prix de l’Assemblée interjurassienne 2011.



A la fin de sa première phase de développement (2004-2008), le DIJU compte plus de 6400 notices. Dans ce premier temps, le travail a consisté à réunir sur le DIJU toutes les informations de type dictionnaire qui figuraient dans des livres, des revues, des journaux ou encore des périodiques. Ce travail, très long, est extrêmement utile pour qui s’intéresse à l’histoire jurassienne. En effet, ces informations qui jusqu’alors pouvaient être très difficiles à trouver sont maintenant réunies en un seul lieu. Le DIJU recense aussi l'ensemble des notices relatives au Jura présentes dans le Dictionnaire historique de la Suisse (DHS). Ce travail de compilation a été complété par la création de nouvelles notices, cette fois inédites, rédigées par les collaborateurs, des spécialistes et certains lecteurs (puisque le DIJU leur offre la possibilité de proposer des notices, qui seront ensuite revues et corrigées par la rédaction).

Durant sa deuxième phase de développement (2009-2012), le DIJU continue bien sûr sur sa lancée en ce qui concerne la région du canton du Jura et du Jura bernois. De nombreuses notices supplémentaires voient le jour pour arriver en mars 2012 à plus de 7020 notices francophones.
En 2010, le site est aussi entièrement remanié pour le rendre plus attractif, d’une part grâce à un nouveau graphisme, d’autre part grâce à de nouvelles fonctionnalités techniques, notamment un moteur de recherche beaucoup plus efficace.
Cependant, l’étape la plus importante de cette deuxième phase de travail est sans conteste l’ouverture des frontières du DIJU, aussi bien sur le plan géographique que linguistique. En effet, avec l’engagement d’une collaboratrice germanophone en 2010, le DIJU devient un dictionnaire bilingue français et allemand ouvert à la région bâloise de l’ancien Evêché de Bâle, alors qu'il s'était jusque-là concentré sur le Jura bernois et le canton du Jura.
Ainsi, le DIJU compte en mars 2012 plus de 790 notices en allemand. Certaines sont des traductions des notices francophones alors qu’un grand nombre sont des notices inédites ayant trait à la région bâloise. Nous pouvons mentionner par exemple des notices sur le séparatisme et l'antiséparatisme laufonnais dans le cadre de la Question jurassien, des notices sur la politique (députés au Grand Conseil par exemple), la culture (musées, etc.), la presse, la santé (Feningerspital), etc. ainsi que toute une série de notices sur l’Ancien Régime rédigées par Vanja Hug.
En parallèle à la rédaction de ces nouvelles notices, les deux collaboratrices germanophones se sont attelées à la longue tâche de la traduction des notices francophones en allemand.

La troisième phase de développement (2012-2015) est marquée surtout par un nouveau projet ambitieux : la mise en ligne des cartes historiques et statistiques commentées par divers spécialistes, basé sur la publication du CEH, de l'Atlas historique du Jura (paru en 2012, autre réalisation du CEH) – une œuvre de grande envergure qui réunit une vingtaine d’auteurs de qualité, grâce au travail de coordination de Clément Crevoisier. Lors de la célébration du 10ème anniversaire du DIJU à l’été 2015, la foule des visiteurs assiste en direct au lancement de l'Atlas en ligne (AHJ). En outre, les deux rédactions continuent à rédiger et actualiser le corps des notices du DIJU en français et en allemand.

A la fin de 2015, un changement important survient sur le plan organisationnel du DIJU, puisque son édition dépend désormais directement de la Société jurassienne d’émulation.
Sur le plan de la rédaction, le responsable s’engage à titre bénévole pour le DIJU, tandis qu'une seule personne assure, à un taux de travail réduit, la rédaction des deux sites allemand et français. L’effort principal réside désormais surtout dans une continuelle mise-à-jour de l’énorme corpus de notices existantes et dans le traitement rédactionnel des nombreuses contributions de nos lecteurs et lectrices.


Collaborateurs-trices

Responsable du DIJU (siège au sein du comité du CEH ; travaille à titre bénévole)
2003-2006  Pierre-Yves Donzé
2006-  Philippe Hebeisen

Collaborateur-trice francophones
2004-2005  Philippe Hebeisen (50%, octobre 2004-janvier 2005, août-septembre 2005)
2005-2012  Emma Chatelain (de 20-50%, à 40% de janvier 2011 à août 2012)
2012-2015  Philippe Hebeisen (40% ; 30% dès 2013)

Collaboratrices germanophones
2010, avril-février 2011 Kiki Lutz (30%)
avril-août 2011 Vanja Hug (30%)
2011-2015 Kiki Lutz (dès octobre à 30% ; 20% 2013-octobre 2015)

Collaboratrice bilingue
2015- Kiki Lutz (dès novembre 2015 à 20%)

Emma Chatelain, 8/03/2012
Dernière modification: 18/02/2016

Bibliographie

Bulletin du DHS 14, août 2009, p. 27-36
ASJE 2008, p. 451-458
ASJE 2006, p. 395-397
LICEH 36, mai 2006
LICEH 31, novembre 2003
Revue de presse sur le DIJU.